Connexion

Syndicate content

Le Hockey, religion finlandaise

mercredi, 22 septembre, 2010 - 21:14

Finaliste malheureuse des JO de Turin en hockey-sur-glace, la Finlande vient de battre la République tchèque en quart de finale à Vancouver et n’a pas l’intention de laisser cette fois la médaille d’or lui échapper. En Finlande ce sport est une véritable religion pratiquée avec ferveur et passion dés le plus jeune âge.

Officiellement, on compte 85 % de protestants-luthériens en Finlande, mais les grandes fêtes religieuses mobilisent guère les foules. S’il s’agit du hockey-sur-glace, c’est une autre histoire: fréquentation et activisme tiennent alors de la ferveur mystique. Chaque dimanche, 80.000 à 100.000 spectateurs assistent aux matches de Première division et 50.000 autres Finlandais jouent ou accompagnent leur équipe locale aux niveaux juniors et amateurs.

Sans oublier, cela va de soi, les 2 millions de téléspectateurs qui suivent les matches chez eux. Et tous les soirs d’hiver, par des températures résolument négatives, petits et grands hockeyeurs poussent le palet jusqu’à une heure indue sur de simples patinoires entourées de planches. Si ce n’est de l’amour, c’est de la rage: le hockey-sur-glace a «converti» en Finlande près de 200.000 joueurs actifs qui abattent 38.000 matches par saison. Et les sommes générées vont de 300 à 400 millions d’euros, selon les années, en cumulant l’activité «hockey» (équipements, billetterie, activités diverses).

Guerre froide avec la Russie

Dans ce contexte il est aisé d’imaginer l’engouement énorme que les Jeux Olympiques de Vancouver soulèvent au pays de la Présidente Tarja Halonen. D’ailleurs, elle et son époux ne passent-ils pas la deuxième semaine des Jeux au Canada, précédés en cela par le ministre des Affaires Etrangères, M. Stubb? Car les autorités finlandaises se doivent à leurs citoyens, fans de hockey, et quoi de plus naturel que d’être tout bonnement vus en train de soutenir les «Lions de Finlande» (surnom de l’équipe nationale) dans leurs efforts pour accrocher une médaille. Que ça soit chaque année avec le Championnat du Monde ou tous les quatre ans avec les J.O, le hockey permet aux Finlandais de régler de vieux «comptes» avec les deux pays qui les ont colonisés avant l’Indépendance de 1917: la Suède (six siècles et demi, 1150-1809) et la Russie (108 ans, 1809-1917).

Les confrontations sur glace de ces deux ex-maîtres avec les «Lions» sont passionnément suivies, toute victoire sur la Suède ou la Russie amenant au délire un peuple connu pour son flegmatisme et sa retenue. Le comble en la matière a été atteint aux Championnats du Monde 1995, quand la Finlande a été battre la Suède 4 à 1, chez elle, à Stockholm: le même soir Helsinki ressemblait davantage à Rio de Janeiro un Mardi Gras de Carnaval qu’à l’auguste et compassée capitale qu’elle est habituellement.

Pour le moment tout se passe bien à Vancouver pour la Finlande, alors qu’à la surprise générale, la Suède vient d’être dominée par la Slovaquie en quart de finale. Quant aux Russes, double champions du monde en titre, ils viennent de mordre la glace face aux Canadiens. Prochaine étape vers la médaille d’or, battre les USA vendredi, ce qui n’est pas une mince affaire…Il est encore temps pour les Finlandais de retourner au temple faire une petite prière pour les leurs Lions.




Mots clés
, , ,
Pays