Connexion

Syndicate content

L’homophobie de l’Eglise Letonne

dimanche, 10 octobre, 2010 - 12:08

À l’occasion du pèlerinage d’Aglona, l’archevêque de Riga dénonce les « pervers » homosexuels. Les pélerins applaudissent.

L’Église catholique de Lettonie a enfoncé le clou, lors du pèlerinage qui a eu lieu la semaine dernière sur son territoire, à Aglona. Samedi 15 août, jour de l’Assomption, le cardinal Janis Pujats, archevêque de Riga, a en effet utilisé une partie de son sermon pour vilipender l’homosexualité, dénoncer « les pervers » qui la pratiquent, ainsi que les médias qui, selon lui, en font la promotion.

Le cardinal ne manque pas une occasion de réaffirmer cette position très conservatrice, qui a également le vent en poupe en Lituanie et en Pologne. Ainsi condamne-t-il, chaque année, la tenue de la Gay Pride à Riga. À la mi-mai 2009, la Marche des fiertés a dû se dérouler une nouvelle fois sous la protection de centaines de policiers.

Samedi, le cardinal Pujats était “en famille”. Sa tirade sur les homos a provoqué les applaudissements d’une partie de la foule. Plus de 50 000 pèlerins, selon les médias locaux, avaient fait le déplacement jusqu’à Aglona, une commune du sud-est du pays balte, proche de la frontière avec la Biélorussie. Là se dresse, au milieu d’une vaste prairie, une imposante basilique de style baroque, bâtie à la fin du XVIIIe siècle. Jean Paul II y avait fait étape en 1993, après le retour à l’indépendance des États baltes, occupés pendant un demi-siècle par l’Union soviétique.

Cette année encore, à Aglona, on entendait parler letton – environ un cinquième de la population lettonne est catholique –, mais aussi lituanien, polonais, biélorusse et estonien. La crise économique frappant durement la région et ses conséquences sur la vie quotidienne ont conféré une gravité supplémentaire à ce rassemblement. Un événement auquel n’ont pas manqué d’assister le président et le Premier Ministre lettons, soucieux de redorer le blason de la classe politique – très discréditée dans ce pays et fort impopulaire en cette période de coupes budgétaires drastiques.


Mots clés
, , ,
Pays