Connexion

Syndicate content

Un site internet qui paie les dettes publiques

jeudi, 23 septembre, 2010 - 17:17

Un site web espagnol propose aux créanciers et débiteurs d’une même collectivité locale de compenser dettes et créances pour palier les retards de paiement du secteur public.

L’ingéniosité s’exprime mieux dans l’adversité. En Espagne, des idées émergent ça et là pour palier les retards de paiement des administrations publiques, que ce soit l’État ou les collectivités locales, en ces temps de rigueur budgétaire. Parmi elles, le site web http://www.entredeudas.com/, ouvert récemment au public, permet aux créanciers des administrations publiques locales que sont les mairies et les communautés autonomes, d’être remboursés plus rapidement que s’ils devaient attendre le bon vouloir de ces puissants débiteurs.

Ultime recours

Le site web est une plateforme sur laquelle les créanciers entrent en contact avec les débiteurs d’une même administration. Ces derniers leur versent l’équivalent de 90% de leur dette. Le créancier est donc remboursé plus vite, moyennant un petit sacrifice (10% de son dû), tandis que le débiteur qui efface son ardoise y gagne une ristourne. Les gestionnaires du site s’occupent des formalités auprès des mairies et communautés autonomes, dont l’autorisation est un préalable obligatoire à l’opération.

Il est encore un peu tôt pour savoir quel accueil a été réservé à notre site puisqu’aucune administration n’a eu matériellement le temps de nous répondre, mais, pour l’instant, nous sommes satisfaits », explique Antonio Palma García, un des fondateurs de ce site.

L’idée est née de la nécessité de sauver les entreprises qui dépendent des paiements de leurs clients publics pour se maintenir à flot. Antonio Palma Garcia donne un exemple:

Une entreprise pour laquelle nous travaillons n’arrivait pas à se faire régler une dette par une mairie et nous avons solutionné le problème en compensant cette dette avec celles d’une autre entreprise qui devait de l’argent à cette même collectivité locale. De nombreuses entreprises n’arrivent pas à se faire payer par l’administration tandis que d’autres peuvent être débitrices ».

Faillites en cascade

En fait, le site, s’adresse aux particuliers comme aux entreprises, mais il n’a pour l’instant reçu de demandes que de la part de ces dernières. Bon nombre des entreprises espagnoles ont acculées à la faillite du fait de créances publiques impayées dans les délais prévus. Selon la Plateforme Multisectorielle contre les Créances Douteuses (PMCM), deux faillites sur trois sont dues aux retards des débiteurs. L’administration publique espagnole figure en bonne place parmi ces débiteurs peu fiables : elle paye ses créanciers en moyenne en 154 jours (139 jours, selon la multinationale suédoise de gestion de crédit Intrum Justitia), contre 67 jours en Europe. Les petites et moyennes entreprises, qui représentent près de 98% du tissu économique espagnol, sont les plus vulnérables. En février, 2030 entreprises ont été dissoutes, 7,1% de plus qu’un an auparavant. Et l’hémorragie continue malgré les signes discrets de reprise économique.


Pays