Connexion

Syndicate content

La génération perdue des jeunes diplômés grecs

mercredi, 8 septembre, 2010 - 17:04

La fuite des cerveaux menace la Grèce : 70 % des diplômés de l’enseignement supérieur âgés de 22 à 35 ans envisagent de s’expatrier. La crise a réduit à peau de chagrin les offres d’emplois dans un pays où le nombre de chômeurs a augmenté de 43 % en un an.

La crise grecque n’en finit pas de faire des ravages : plus des deux tiers des Grecs âgés de 22 à 35 ans, ayant fait des études supérieures, envisagent de s’expatrier, selon une étude publiée par Kapa reseach, un institut de recherche grec sur l’évolution de l’opinion publique. 40 % des 5 442 personnes interrogées ont déjà engagé des démarches pour trouver un job dans les autres pays de l’Union européenne ou aux Etats-Unis. Tous les jeunes diplômés sont concernés : chercheurs, ingénieurs en informatique, chimistes. Seuls les spécialistes en management hôtelier sont encore susceptibles de trouver un emploi dans leur pays !

Diplôme = chômage

La situation, qui n’était déjà pas fameuse s’est détériorée depuis la panique financière au printemps dernier. Le chômage s’est accru de 43 %, touchant aujourd’hui 12 % de la population active contre 8,5 % l’été dernier. Les jeunes sont les premières victimes : 32,5 % des 15-25 ans sont actuellement à la recherche d’un emploi contre 25 % il y a un an. Et en Grèce, contrairement à la France, l’Allemagne ou encore la Grande-Bretagne et les Pays-Bas, être diplômé de l’enseignement supérieur est loin de faciliter la recherche d’un emploi. Bien au contraire, le niveau du chômage augmente avec le niveau du diplôme ! Et la réduction des effectifs dans la fonction publique, envisagée dans le plan drastique d’austérité ne devrait pas améliorer la situation.

Et le pessimisme des jeunes grecs ne peut que s’accentuer à la lecture de l’enquête récente de Manpower : 16 000 employeurs dans 18 pays ont été interrogés sur leurs perspectives d’embauches dans les prochains mois. Dans aucun pays, leurs prévisions ne sont aussi sombres qu’en Grèce : le marché du travail devrait rester en berne dans les prochains mois, à l’exception de l’hôtellerie, du secteur financier et de l’agriculture. Seuls 12 % des employeurs interrogés envisagent de recruter…
 


Mots clés
,
Pays