Connexion

Syndicate content

La hausse des impôts fait recette

mercredi, 8 septembre, 2010 - 16:22

Si l’austérité budgétaire est la règle dans tous les pays d’Europe, la hausse des impôts n’est pas toujours au programme. En Allemagne, c’est même le contraire! D’autres misent en priorité sur la hausse de la TVA pour combler leurs déficits. En France, on n’augmente pas les prélèvements, mais on réduit les déductions et autres niches fiscales. Nuance !

Comment réduire les déficits publics et le poids de la dette sans casser une croissance bien fragile ? Pour rassurer les marchés financiers et les toutes puissantes agences de notation, et restaurer les équilibres budgétaires, presque tous les pays européens ont dû se résoudre à mettre en œuvre des politiques d’austérité.

Mais sans avoir nécessairement recours aux hausses d’impôts : alors qu’on se refuse officiellement en France d’envisager cette hypothèse avant les élections de 2012, et qu’en Allemagne on réfléchit à les baisser, les gouvernements grec, espagnol et britannique n’ont pas eu d’état d’âme : nécessité fait loi, ils ont décrété des hausses tous azimuts des prélèvements publics, notamment de la TVA. Et ils n’y vont pas avec le dos de la cuiller…

En France : moins de niches, plus de recettes

“Pas de hausse générale des impôts !”, a répété la ministre de l’Économie, Christine Lagarde, en réponse à l’hypothèse d’une hausse de la contribution au remboursement de la dette sociale (CRDS), qui touche tous les revenus, évoquée par le ministre du Budget. Cette perspective serait une remise en cause bien trop évidente de la promesse de campagne du candidat Sarkozy de ne pas augmenter les prélèvements directs.

Mais dans une lettre aux parlementaires, François Baroin, le ministre Français du Budget, estime nécessaire de trouver de nouvelles ressources fiscales et n’exclut pas une hausse des impôts. Mais, pas avant l’élection présidentielle de 2012 ! Les seules hausses des recettes publiques envisagées officiellement pour l’heure ne concernent que la réduction des niches fiscales et sociales. Un rabotage qui devrait permettre de glaner quelque10 milliards d’euros.

Allemagne : baisse des impôts et des dépenses

Après l’annonce des bons chiffres de la croissance (+2,2% au deuxième trimestre 2010), les conservateurs de la CDU au pouvoir réfléchissent à des réductions d’impôts mineures sans pour autant renoncer à des réductions drastiques des dépenses publiques. Le programme de gouvernement d’Angela Merkel et de ses alliés libéraux prévoyait 24 milliards d’euros de baisses d’impôts d’ici à fin 2013. Des réductions fiscales de 8,5 milliards d’euros ont déjà été adoptées dans le budget 2010. Mais les mesures destinés à économiser 80 milliards d’euros en quatre ans comprennent surtout des coupes budgétaires pour la Défense et le rabotage des prestations sociales.

Espagne : hausse de la TVA

Une hausse de la TVA de deux points est entrée en vigueur le 1er juillet 2010. Elle passe de 16% à 18% sur les prix de nombreux produits tels que les vêtements, l’électroménager et les boissons alcoolisés. Elle augmente aussi d’un point (de 7% à 8%) pour l’alimentation, l’hôtellerie ou la restauration. Seule la TVA à 4 % sur les produits de première nécessité est épargnée. Le gouvernement a également supprimé une remise de 400 euros sur l’impôt sur le revenu qu’il avait instauré à la veille des législatives de 2008. Sans attendre une décision nationale, la Catalogne a déjà modifié sa législation pour à contribution les 20 000 contribuables les plus fortunés de la région.

Grande-Bretagne : liquidation de la dette

Pour réduire à néant, en cinq ans, le déficit structurel du pays, le plan d’austérité britannique table, en particulier, sur une hausse de la TVA, qui prendra effet le 4 janvier 2011. Passant de 17,5% à 20%, elle est censée rapporter 13 milliards de livres (15,6 milliards d’euros) par an. Sans attendre le reste du monde, une taxe sur le chiffre d’affaires des banques, destinée à lever deux milliards de livres par an, sera également mise en œuvre dès 2011. L’impôt sur les plus-values est lui déjà passé de 18 % à 28 %. Il est en revanche prévu que le taux d’imposition sur les sociétés baisse de 1% par an pendant quatre ans, pour atteindre 24%.

Grèce : hausse générale d’urgence

Confrontée à de sévères difficultés pour refinancer sa dette, la Grèce est le pays européen qui a été le plus loin dans les réformes fiscales. La TVA est passée en quelques mois de 19% à 23%. Les taxes sur les carburants, l’alcool et le tabac ont été augmentées à plusieurs reprises. Une récente réforme de l’impôt sur le revenu prévoit aussi d’alourdir l’imposition des revenus supérieurs à 40 000 euros par an. Enfin, de nouvelles taxes ont été créées, sur les constructions illégales, les jeux d’argent ou encore les bénéfices des entreprises.


Mots clés
, , ,
Pays