Connexion

Syndicate content

Sorties de crise : à chacun sa reprise

mardi, 14 septembre, 2010 - 18:36

Forte reprise en Allemagne, redémarrage plus lent en France, poursuite du marasme en Italie et Espagne, la sortie de crise se profile sous différents auspices pour les grandes économies de l’Union.

Peu à peu, l’Europe sort de la crise économique. Les prévisions de la Commission européenne publiées le 13 septembre font état d’une croissance de 1,8% pour l’ensemble de l’Union en 2010 alors que la récession exceptionnellement sévère de l’an dernier avait atteint 4,2%. Du jamais vu depuis un demi-siècle !

Mais cette reprise est très inégale. En prenant les cinq premières économies de l’Union, on constate que l’Allemagne connaît un très fort redémarrage (+ 3,4% de hausse du PIB prévus en 2010 contre, il est vrai une contraction de 4,7% en 2009). Les trois économies suivantes ne connaissent qu’une reprise modérée (1,7% au Royaume-Uni, 1,6% en France, 1,1% en Italie). Quant à l’Espagne, elle n’est pas encore sortie de la récession puisque son PIB devrait encore se contracter de 0,3% cette année après une baisse de 3,7% en 2009.

Le graphique ci-dessus, tiré des statistiques trimestrielles d’Eurostat sur l’évolution du PIB, fait apparaître clairement les profils divergents de l’activité économique dans les cinq principaux pays européens. L’économie allemande a connu à l’automne 2008 une très brutale et très sévère plongée. Mais, en 2010, grâce à la reprise mondiale qui tire ses exportations, la croissance redémarre vigoureusement.

 

Le PIB français a retrouvé son niveau du printemps 2007

La France présente un profil très différent : ses amortisseurs sociaux ont beaucoup limité l’impact de la crise mais la reprise y est freinée par la persistance d’un chômage élevé. En atténué, le profil de l’activité britannique se rapproche de celui de l’Allemagne mais le redémarrage de la construction va être limité par la cure d’austérité budgétaire que se prépare à annoncer le gouvernement de David Cameron. Quant aux deux « sœurs latines », l’heure n’y est pas à la joie : l’Espagne peine à se relever du « coup de grisou » immobilier qu’elle a subi et ne retrouve pas la croissance ; l’Italie a subi une dépression quasiment aussi violente que celle de l’Allemagne et le marasme de la consommation italienne ne permet pas une franche reprise. Comparaison éclairante : le PIB français a retrouvé (et même légèrement dépassé) son niveau du deuxième trimestre 2007 ; le PIB italien reste de près de 5% inférieur à ce niveau !


Mots clés
, , , , ,
Pays