Connexion

Syndicate content

Amália, 65 ans, 36 ans de cotisation, 300 euros de pension

dimanche, 7 novembre, 2010 - 14:28

Amália vit à Guarda dans le centre-nord du Portugal. En août 2010 elle à eu 65 ans, l’âge légal de la retraite au Portugal. Veuve, elle a élevé 5 enfants. Aujourd’hui elle travaille encore pour joindre les deux bouts.

Conversation dans une rue passante du centre ville de Guarda avec Amália:

Je dois travailler pour joindre les deux bouts. A 65 ans, ma vie est un chaos! J'aurai une retraite très basse. Je ne sais pas encore exactement combien je vais toucher, aux alentours de 300 euros par mois, je crois.

Le tout, près 36 ans de cotisations. Aujourd’hui elle vient de prendre sa retraite et elle craint de ne pas parvenir à payer le loyer (40 euros), le gaz, l’électricité et quelque chose à manger tous les jours avec sa future pension.

Amàlia n’avait jamais imaginé sa retraite comme ça.

Je suis entrée très tôt dans la vie active. J’avais 12 ans, j’ai fait des ménages, j’ai travaillé en usine, dans les restaurants, les hôpitaux… j’ai fait des tas de choses. Je travaille encore, d’ailleurs : je nettoie les halls d’entrée d’immeubles.

Les œillets fanés de la révolution

C’est ce qui lui permet de payer son loyer, mais elle doute de pouvoir s’échiner ainsi pendant encore longtemps. De temps en temps, "je suis en panne d"énergie" et ses réflexes font défaut. Elle trébuche souvent et se fait mal quand elle tombe par terre. Ce qui lui arrive de plus en plus souvent.
Le Portugal pâtit de son passé récent. Les caisses de la sécurité sociale n’ont été créées qu’en en 1980, après la chute de la dictature de Salazar. La plupart des seniors n’ont donc pas pu cotiser suffisamment d’années. Vu d’ici, l’herbe est plus verte chez le voisin:

En Espagne, le salaire minimum chez eux, c’est le double du notre (475 euros mensuels au Portugal). La retraite, c'est pareil.

"Les Français ont raison de se battre"

Au Portugal les œillets de la révolution d'avril sont fanés. Les manifestations ne sont plus courantes. Or, une fois le plan de rigueur que le Premier ministre socialiste José Sócrates vient de faire approuver avec l’aide de l’opposition conservatrice, les deux principaux syndicats du pays ont convoqué les travailleurs à la grève générale de façon conjointe pour la première fois en 22 ans.

Que pense Amália des manifestations françaises contre la réforme des retraites ?

Ça devrait être partout les mêmes droits en Europe ! Moi je ne trouve pas ça très juste pour les plus pauvres. Car les pauvres sont les mêmes partout en Europe. Les Français ont raison de se battre pour leurs droits.


Mots clés
, , , , ,
Pays