Connexion

Syndicate content

Croissance : l’Allemagne rattrape la France

mardi, 16 novembre, 2010 - 16:12

Au troisième trimestre comme aux deux précédents, l’économie allemande a connu une croissance supérieure à celle de la France. Du coup, après avoir essuyé une forte récession durant la crise, l’Allemagne a pratiquement refait tout son retard face à l’Hexagone en terme d’expansion.

L’Europe continue de sortir de la crise économique qui l’avait plongée dans une sévère récession en 2009. Au troisième trimestre, selon les estimations de l’office statistique Eurostat, le PIB de l’UE (et celui de la zone euro) a progressé de 0,4% après avoir fait un bond de 1% au trimestre précédent.

Mais, comme nous le constations il y a deux mois, cette reprise reste très inégalement partagée, y compris entre les cinq principales économies européennes. Si l’on prend comme point de départ (base 100) le niveau de l’activité de chacun des pays au printemps 2007, on constate que seules les deux premières économies, l’Allemagne et la France, on retrouvé – et même dépassé – leur niveau d’il y a quarante mois.

Reprise inégale

La France reste en tête (indice 100,8) de ce groupe des cinq comme elle l’a toujours été depuis le 1er trimestre 2009. Il faut dire que ses amortisseurs sociaux l’ont préservé de connaître une plongée aussi marquée que celle de ses voisins.

En particulier de l’Allemagne dont la descente aux enfers a été très spectaculaire entre la mi-2008 et le début 2009. Mais le rebondissement de l’économie allemande, boostée par ses exportations hors Europe, est tout aussi impressionnant. Au point que le niveau de l’activité outre-Rhin a pratiquement rattrapé celui de la France (indice 100,2).

Le Royaume-Uni a vu également sa croissance se redresser en 2010. Mais moins vite que l’Allemagne alors qu’elle avait essuyé une récession aussi sévère. Aussi, l’économie britannique n’a-t-elle pas encore retrouvé son niveau du printemps 2007 (indice 98,2). Et l’ampleur du resserrement budgétaire annoncé outre-Manche n’augure pas de performance très flamboyantes dans les prochains mois.

Enfin, les deux sœurs latines ne se portent pas bien. L’Italie ne s’est guère relevée depuis la récession et reste très éloignée de son niveau d’activité d’il y a trois ans (indice 95,9). Il faut souligner que, pour ne pas creuser une dette publique très élevée, le gouvernement Berlusconi n’a pratiquement pas pris, contrairement aux autres pays, de mesures de relances budgétaires.

L’Espagne ne s’est en revanche pas privée de relance. Mais la sévérité du traumatisme financier et immobilier qu’elle a subi ne permet pas à son économie de redécoller. Sa croissance est d’ailleurs stagnante depuis plus d’un an et elle reste loin de son niveau de 2007 (indice 97,5).




Mots clés
, , , , , , , , ,
Pays