Connexion

Syndicate content

Œufs à la dioxine : négligence ou acte criminel ?

lundi, 10 janvier, 2011 - 16:56

Près de 4 700 exploitations agricoles allemandes ont été fermés la semaine dernière suite à la découverte d’œufs contaminés à la dioxine. Une enquête judiciaire a été ouverte contre le distributeur de graisse alimentaire Harles und Jentzsch. La France a reçu ce lundi un lot de nourriture pour animaux faiblement contaminé.

C'est l'histoire de l'œuf, de la poule et de la méchante dioxine. Cette substance cancérigène pour l’homme a été découverte dans des œufs en Basse-Saxe en Allemagne. Les poules auraient mangé des aliments contaminés. Environ 4 700 exploitations agricoles ont dû être fermées à titre préventif et des milliers de volailles ont été abattues dans huit länder. Selon le ministère de la protection des consommateurs, "près de 150 000 tonnes d’aliments pour animaux ont pu être empoisonnés par la dioxine". Malheureusement, les aliments contaminés ont également nourri des porcs et des vaches. Une grande partie des 4 700 exploitations de Basse-Saxe ont été rouvertes, mais 1 470 élevages ont été mis en quarantaine en attendant de nouvelles analyses vétérinaires.

Un scandale annoncé

Le plus grave n’est pas tant la contamination des oeufs, mais les suspicions qui pèsent contre le fabriquant d’aliment pour animaux Harles und Jentzsch. Selon le ministère de l’agriculture du länd de Basse-Saxe, "des éléments laissent à penser qu’une entreprise a trompé ses clients en utilisant des acides gras contaminés pour produire des aliments pour le bétail". Une enquête judiciaire a été ouverte contre Harles und Jentzsch. La ministre de l’agriculture, Ilse Aigner, préconise des sanctions judiciaires exemplaires à l’encontre des responsables de cette contamination.

Le patron de cette entreprise, Siegfried Sievert, soupçonné, par ailleurs, de fraude fiscale et d’escroquerie, affirme ne pas avoir utilisé de graisses toxiques. Comble du scandale, en mars 2010, cette entreprise avait réalisé des tests en laboratoire sur sa production et les résultats avaient révélés un taux de dioxine deux fois supérieur à la norme dans des graisses alimentaires. A l’époque, elle n’avait pas cru bon d’en avertir les autorités. Le ministère régional de l’agriculture affirme avoir eu connaissance de ces tests que le 27 décembre dernier.

La Slovaquie a décidé de suspendre ses importations de viandes et d’œufs en provenance d’Allemagne. La Corée du sud, elle, a mis fin pour le moment à ses importations de porcs et la Russie va renforcer ses contrôles sur la viande. Le gouvernement allemand juge "absolument inacceptable" la décision slovaque. Le porte parole du ministère de la protection des consommateurs indique que "les exportations allemandes ne représentent aucun danger pour la santé". Affirmation prise pour argent comptant en France comme dans la plupart des autres pays de l'Union européenne où la poule allemande, dioxinée ou pas, a toujours la cote. Un couvoir de l'Isère a reçu ce lundi un lot de nourriture pour animaux contaminé en Allemagne. Le taux de dioxine serait inférieur au taux autorisé par la législation. Par ailleurs, la préfecture de l'Isère indique que le destinataire du lot est un couvoir destiné à la recherche et non à l'alimentation.

Paris se contente pour l'heure de renforcer ses contrôles de traçabilité, partant certainement du principe que l'on ne fait pas d'omelette sans casser des œufs, bons ou mauvais pour la santé.
 


Pays