Connexion

Syndicate content

Budget des universités: l’Europe tourne le dos au futur !

mardi, 11 janvier, 2011 - 13:21

La cause semblait entendue : c’est grâce à ses investissements dans ses universités et dans la recherche que l’Europe tournerait résolument le dos à la crise et deviendrait une des économies les plus compétitives de la planète. Ce discours, martelé depuis des années, n’a, pas résisté à la crise économique...

En ces temps de rigueur budgétaire les crédits alloués à l'enseignement supérieur se réduisent comme peau de chagrin. Pour réduire leurs dépenses publiques et, parfois, comme dans le cas de la Lettonie, pour répondre aux injonctions du FMI la majorité des pays pour réduire leurs déficits, les facs sont mises au régime sec.
Le chômage des jeunes explose, les délocalisations industrielles menacent les emplois, et que font la plupart des pays européens? Ils renoncent à mobiliser les moyens nécessaires pour la recherche et l'enseignement supérieur alors même que l’OCDE – dont la plupart des Etats de l’UE sont membres – les a exhortés, à l’automne dernier, à ne pas couper les vivres à leurs temples du savoir…

Suicide collectif

C’est à cette cécité que renvoie le constat dressé par l’EUA (Association des universités européennes), qui en tirant les conséquences des coupes budgétaires menaçant les universités européennes, pointe du doigt les amphis surpeuplés ou les fusions entre institutions davantage guidées par des considérations financières que stratégiques…

Rien de plus dérisoire, dans ce contexte, que les concerts de lamentation sur la fuite des cerveaux ou sur l’absence, à quelques exceptions près, des plus vieilles institutions européennes des premières marches du classement mondial de Shanghaï quand les universités américaines ont plus que jamais le vent en poupe et que quelques établissements asiatiques commencent à montrer leur nez…

Voyant dans chaque euro consacré à la formation de sa jeunesse ou à l’innovation une source de dépense sans prendre en compte les retombées de ces subventions à moyen terme, les gouvernements de la vieille Europe ressemblent à un troupeau d’éléphants, préférant se suicider collectivement que trouver la force – et les moyens – d’aller de l’avant.
 




Mots clés
, , , , , , , , ,
Pays