Connexion

Syndicate content

L’immunité de Berlusconi battue en brèche

jeudi, 13 janvier, 2011 - 17:24

La loi sur mesure que le chef du gouvernement italien avait fait adopter pour se mettre à l'abri de la justice a été amendée par la Cour constitutionnelle. Elle n'est plus automatique. Un revers sérieux pour le Cavaliere.

La Cour constitutionnelle a levé partiellement jeudi 13 janvier l'immunité judicaire qui permettait à Silvio Berlusconi d'éviter toute comparution dans deux procès à Milan.

Le chef du gouvernement italien est suspecté de fraude fiscale et l'autre pour corruption de témoin."Je jure que je suis innocent sur la tête de ses enfants et petits-enfants" avait-il affirmé. Mais une précaution valant mieux qu'une telle promesse sur sa progéniture, le Cavaliere avait fait adopter en avril dernier par la Chambre des députés et le Sénat une loi dite "d'empêchement légitime", autorisant le président du Conseil et ses ministres à éviter de comparaître en justice pendant une période de 18 mois au maximum, c'est-à-dire jusqu'à octobre 2011.

Las, selon la presse italienne, 8 des 15 juges de la Cour constitutionnelle, dont son président, étaient favorables à l'abrogation de cette loi sur mesure. Une majorité un peu juste pour l'invalider, mais suffisante pour réduire son champ d'application.

La Cour constitutionnelle aurait notamment, selon l'agence Ansa, éliminé le caractère automatique qui permettait à Silvio Berlusconi d'être à l'abri de toutes poursuites.

Silvio Berlusconi, a assuré que cette décision le laissait "complètement froid" et s'en est une nouvelle fois pris à la justice italienne qu'il a qualifiée de "maladie".
 




Pays