Connexion

Syndicate content

Les armes de Kadhafi sont russes et européennes

vendredi, 25 février, 2011 - 17:46

De la France à la Grande Bretagne en passant par l’Italie, l’Allemagne, Malte ou la Serbie, les exportations d’armes européennes vers la Libye ont été depuis 2004 un commerce florissant… Des armes qui utilisées aujourd'hui par le despote pour massacrer les Libyens

"La France a vendu des armes à un fou" et "s'est rendue complice des massacres en cours", dénonce Cécile Duflot, secrétaire national Europe écologie dans une tribune publiée le 23 février par Rue89. Fin 2007, à l’occasion du voyage du colonel Kadhafi à Paris, la présidence française évoquait la signature de près de 4,5 milliards d’euros de matériels d’armements.

Même si au final toutes les promesses n’ont pas été tenues, parmi les contrats signés, figurent des missiles antichars et un réseau de communication sécurité Terta pour la police d’un montant de 300 millions d’euros. Pour Cécile Duflot,

le gouvernement français doit s'expliquer sur ces ventes d'armes et ces négociations. Pourquoi s'est-il précipité pour réhabiliter un dictateur sanguinaire, quitte à renforcer son pouvoir ? Comment a-t-on agréé toutes ces livraisons d'armes ? Quelle fut exactement la teneur des discussions avec la dictature libyenne?"

L’Italie, premier fournisseur de l’UE

Sans minimiser la responsabilité de la France, force est de constater qu’elle n’est pas la seule à avoir saisi l’opportunité de la levée de l’embargo sur les ventes d’armes à la Libye, fin 2004, pour reprendre ses exportations d’armes dans ce pays. Selon des informations publiées par l’hebdomadaire allemand Der Spiegel, en 2009, les pays de l’UE ont ainsi vendu au colonel Kadhafi des armes pour un montant total de 344 millions d’euros.

Une somme, certes moins élevée que celle engrangée par les "marchands de canons" russes, dont les exportations d’armes vers la Libye ont atteint 1,5 milliard d’euros en 2010, faisant le Moscou le premier fournisseur de Tripoli.

Ce sont ces armes qui permettent aujourd'hui aux militaires toujours fidèles au despote libyen de massacrer les insurgés. A l’instar des hélicoptères achetés en Italie dont les exportations d’armes vers la Libye ont atteint 108 millions d’euros en 2009. Sur le banc des accusés se trouvent également Malte, fournisseur d’armes automatiques de petits calibres pour un montant de 80 millions d’euros en 2009. La Grande-Bretagne, la Belgique et la Serbie sont également épinglées par l’hebdomadaire.

Un embargo à posteriori

L’Allemagne n'est pas en reste. Elle est sur la troisième marche du podium sanglant des marchands d’armes européens au colonel Kadhafi pour un montant total de 53 millions d’euros en 2009. 80 % des exportations réalisées par Berlin concernent de l’équipement électronique. Citant un expert suédois rappelant que depuis les années 1980, aucun système complet d’armements avait été livré par l’Allemagne à la Libye, l'hebdomadaire Spiegel affirme toutefois ces exportations "posent cependant question" dans la mesure où pour bloquer les réseaux de communication des téléphones mobiles ou Internet, c’est sans aucun doute la technologie allemande qui a été utilisée…

Dans ce contexte, la décision des pays membres de l’UE d’imposer de nouveau un embargo sur les exportations d’armes vers Tripoli prise il y a quelques jours est, certes salutaire, mais trop tardive. Pour se donner bonne conscience à posteriori?




Pays