Connexion

Syndicate content

La télé-poubelle de Berlusconi

vendredi, 4 mars, 2011 - 12:11

Le Président du Conseil italien, Silvio Berlusconi est connu pour être un magnat des médias italiens. Mais connaissez-vous ses programmes ? Préparez-vous au pire.

Tout a commencé à la fin des années  70 avec un banal jeu télévisé à Turin où les concurrents devaient répondre à un Quiz… A chaque mauvaise réponse, la ménagère invitée sur le plateau retirait  un vêtement.

Avec "Spogliamoci insieme" (Dénudons-nous ensemble) le premier "strip poker" télévisé sur Télé Torino International, commençait "la révolution culturelle, la télévision du Président". C’est en tout cas la thèse du documentaire choc de l’Italo-suédois Erik Gandini, Videocracy, sorti en 2009 et qui fait reparler de lui en cette période agitée de scandales sexuels. L’auteur attribue à Silvio Berlusconi la responsabilité de l’exploitation du corps de la femme à la télévision et la création de la télé-poubelle à l’Italienne.

Bande-annonce de Videocracy

Le monopole télévisuel acquis par Silvio Berlusconi pendant des années, de Canale 5 à la Rai, coïncide-t-il avec la croissante désinformation des Italiens? 80 % d’entre eux déclarent que la télévision est leur seule source d’information. Dans le même temps, l’Italie est très mal classée au niveau mondial: en 2010, elle était au 77ème rang pour la liberté de la presse et au 84ème pour l’égalité des sexes.

Bienvenus dans le monde des Vélines, ces "danseuses télévisuelles" très populaires au royaume de Berlusconi!

La télévision spazzatura

Violence, vulgarité, sexe: telle est la trinité de la "televisione spazzatura" (télé-poubelle). Le paysage cathodique italien attire les spectateurs en s’adressant à leurs instincts primaires. La logique de la vulgarité et du voyeurisme est poussée dans ses derniers retranchements.

 

Comment en est-on arrivé là?

Il faut retourner un peu en arrière pour comprendre la descente de la télévision italienne dans les méandres du "trash" et de la "spazzatura". Comme dans le jeu des 7 familles, chaque membre est "représenté" par la télévision.

Le père: l’homme adultère

En 1994, l'émission "Complotto di famiglia" (Complot de famille), très célèbre en Italie, proposait un pur exercice de masochisme à la ménagère italienne. A la demande d'une jeune femme qui voulait mettre son mari à l'épreuve, une très belle femme, Morena, tentait d'attirer le mari dans un appartement piégé par des caméras cachées. Le tout se déroulait en direct et si le mari commençait à se laisser convaincre par Morena, un téléviseur s’allumait et sa femme pouvait alors regarder la scène puis éventuellement l’insulter en direct. Franc succès pour cette émission de Roberto Castagna qui réunissait dès sa première diffusion une moyenne de 30% de part de marché.

La mère: la ménagère

Plus récemment, avec "La Corrida" sur Canale 5, le très populaire Gerry Scotti donnait la possibilité à des inconnus de montrer leurs dons particuliers. La ménagère est ici au centre de l’attention télévisuelle, et la plupart du temps, elle va se ridiculiser en direct sous le regard moqueur des téléspectateurs.

Une dame bien portante réalisant une chorégraphie de véline

Les enfants: jeunes chômeurs

Après le mari volage et la ménagère devenue véline, la jeunesse n’est pas oubliée. Dans un pays où la crise économique fait rage et où l’avenir professionnel des jeunes générations est toujours plus sombre, l’émission  "Il Contratto" sur la 7 propose de faire gagner un CDI aux concurrents.

Cette téléréalité suit trois concurrents à travers leurs recherches d’emploi. Comme dans les talents shows, les candidats sont coachés par un "motivateur", un "philosophe du travail" et un chasseur de tête. Et le gagnant de l’émission décroche un CDI… A l'occasion du lancement de l'émission, le quotidien Corriere della Sera demandait : "Peut-on faire de la téléréalité avec la tragédie quotidienne des gens?"

Les grands-parents

Dans la famille italienne télévisuelle, nous demandons, la grand-mère: "Angela favolosa cubista" (Angela fabuleuse cubiste) est une grande habituée des plateaux de télévision, et notamment de  l’émission de l’après midi préférée des retraités,  "Uomini e Donne"  sur Canal 5. Ici, elle se déhanche sur des rythmes endiablés: 

Cette émission proposait le 11 janvier un spécial rencontres amoureuses pour le troisième âge. Le talk show a remporté un franc succès de public et la première émission a été suivie par plus de 2 millions de téléspectateurs avec 24,02% de part de marché et plus de 3 millions de téléspectateurs à la seconde émission.

Réunion familiale: la mort en direct

Le fond de la poubelle a été atteint le 6 octobre 2010 lorsque sur le plateau de "Chi l’ha visto" l’équivalent de "Perdu de vue", Concetta Serrano  apprenait en direct devant trois millions de téléspectateurs la mort et le viol de sa fille de quinze ans par son beau-frère. Caméra fixée sur le visage de la mère au téléphone avec la gendarmerie qui lui annonçait avoir retrouvé le cadavre de sa fille, les très nombreux spectateurs ont pu suivre en direct la réaction de la famille et les aveux de l'oncle distillés par la présentatrice. Ce soir là, Rai Tre a explosé son audience avec plus de 40 % de parts de marché.

Finalement, la télé-réalité française en passerait presque pour élitiste.


A voir: Il corpo delle donne

 "Il corpo delle donne" (Le corps des femmes) est un documentaire réalisé par Lorella Zanardo et mis en ligne en mai 2009. Elle y analyse l’impact de la télévision italienne sur la dignité des femmes et leur image au sein de la société. Le documentaire fut un évènement sur le web et a lancé un nouveau mouvement de prise de conscience dans la société italienne en particulier après les manifestations des femmes "Se non ora quando" (Maintenant sinon jamais) de février dernier. Aujourd’hui, son site "Il corpo delle donne" et son association proposent "la réforme de l’auditel" et des "leçons de télévision", "parce qu’ aujourd’hui ce qui sert, ce n’est pas d’éteindre la télévision, mais plutôt de la regarder avec ceux qui la regardent habituellement ".




Mots clés
, , , , , , , , ,
Pays