Connexion

Syndicate content

Le coup de gueule d’un Européen

jeudi, 17 mars, 2011 - 18:57

Président des libéraux européens, le belge Guy Verhofstadt s'est dit "dégouté" par l'inaction de l'Union européenne face à la situation en Libye. Un aveu d'impuissance.

La conférence des présidents de groupes politiques du Parlement européen du 16 mars 2011 devait être consacrée aux mesures prises la semaine dernière pour renforcer l'euro. L'actualité internationale est venue s'y greffer: le séisme et ses conséquences au Japon ainsi que la situation en Libye.

"Dégouté"

L'ancien Premier ministre belge, Guy Verhofstadt, président du groupe libéral, s'est livré à une véritable diatribe contre l'Union européenne (vidéo en anglais).

 

Même pas de médicaments

L'attitude de l'Union européenne me dégoûte et me rend malade. (…) Nous n'avons rien appris du passé, rien du tout. (…) Je suis un Européen convaincu mais je ne compte pas sur l'Union européenne en ce moment. Je compte sur la France, je compte sur le Royaume-Uni, je compte sur les Etats-Unis pour donner l'exemple.

La force de ces mots est d'autant plus forte que Guy Verhofstadt fait partie des élus les plus pro-européen, n'ayant jamais caché ses opinions fédéralistes. Conscient que l'Union européenne n'a pas les moyens d'intervenir militairement, il a regretté que les institutions européenne n'ont même pas eu le courage de reconnaître l'opposition libyenne – ni même tenté de lui apporter un soutien en médicaments, nourriture et matériels.

Surtout ne pas prendre position

Ces critiques s'adressaient directement au Président du Conseil européen, Herman Van Rompuy et à la Haute représentante pour les Affaires étrangères, Catherine Ashton. Cette dernière a particulièrement été inactive, refusant de prendre toute initiative.

Alors que le Parlement européen venait de voter une résolution, le 10 mars dernier, demandant la reconnaissance du Conseil National de Transition et la création d'une zone d'exclusion aérienne, Catherine Ashton avait refusé de prendre position sur ce dossier, arguant que ce n'est pas son rôle.

Aveu d'impuissance

Son poste est une création du Traité de Lisbonne, censé permettre l'émergence d'une diplomatie européenne. Un an après son entrée en fonction, la crise libyenne est un échec cinglant pour une Europe plus divisée que jamais. La France et le Royaume-Uni sont favorables à la mise en place d'une zone d'exclusion aérienne alors que leurs partenaires, en particulier l'Allemagne et l'Italie, s'opposent à toutes actions.

La colère de Guy Verhofstadt, aussi sincère soit-elle, est un aveu d'impuissance, d'un homme qui pense que l'Union européenne est plus que son Traité et que seul son article 6, hissant les Droits de l'Homme au rang de valeurs "communes" est primordial .

Pendant ce temps, l'opposition libyenne est retranchée à Benghazi qui menace de tomber prochainement. Mais tout n'est pas perdu. L'Europe restera une experte dans les belles paroles et les minutes de silence qui ne coûtent rien.




Pays