Connexion

Syndicate content

A Pâques, les Irlandais célèbrent leurs « martyrs »

dimanche, 24 avril, 2011 - 11:47

Pâques en Irlande n'est pas, pour les catholiques, qu'une fête religieuse. Date fondatrice de la République, c’est aussi une fête très politique à la mémoire des "martyrs" du conflit avec les protestants. L'Église, elle, en profite pour garder ses fidèles.

La chasse aux œufs n'est pas la tradition principale des Irlandais en ce week-end de Pâques. Certes les chocolats de toutes les saveurs et de toutes les formes ont envahi les têtes de gondoles de supermarchés, mais pour beaucoup, Pâques est, avant tout, un moment symbolique pour célébrer les "patriots".

Ceux qui font figure, 95 ans après, de héros. En 1916, c'est pendant le week-end pascal que plusieurs membres de l'armée révolutionnaire irlandaise et du gouvernement provisoire ont pris d'assaut la Poste Générale de Dublin, et lu un texte proclamant la République indépendante d'Irlande. Cet événement, connu sous le nom d' "Easter Rising" (révolte de Pâques) est considéré comme le point de départ de la Révolution et célébré tout les ans dans le pays, par une marche jusqu'à la Poste de Dublin.

L'Iris de Pâques

Cette commémoration des patriotes de 1916 c'est, au fil des années, étendue aux "martyrs" catholiques. Pour célébrer leur dévotion à la cause d'une Irlande indépendante et unie, le Sinn Feìn, parti politique qui réclame toujours la réunification de l'Irlande, appelle les citoyens à porter un Iris en leur mémoire à la boutonnière.

Mais c'est en Irlande du Nord que la fête de Pâques prend une dimension encore plus politique. Dans les cimetières catholiques, des rassemblements ont lieu tous les ans à Pâques, pour célébrer la mémoire des volontaires de l'IRA (Irish Republican Army). Des drapeaux irlandais flottent alors un peu partout dans cette région toujours britannique, et des gerbes de fleurs vertes, blanches et oranges sont déposées sur les tombes.

Ces rassemblements sont toujours aujourd'hui, après la fin officielle des conflits, un grand moment pour les catholiques d'Irlande du Nord. Les cimetières de Derry et de Belfast, les deux villes où la confrontation avec les protestants a été particulièrement meurtrière, sont envahis par les catholiques en hommage à leurs martyrs. Ils sont implicitement comparés au Christ et ces célébrations sont une sorte de résurrection collective.

L'Eglise et "culture pub"

Pâques reste néanmoins également une fête religieuse très suivie dans le pays. Comme dans la plupart des pays européens, les églises irlandaises se dépeuplent et l'influence de l'Eglise catholique a perdu de son importance. Cependant dans la société irlandaise, certaines traditions catholiques, comme celle du vendredi sain (Good Friday), sont particulièrement implantés et ont des répercussions sur la vie quotidienne.

Par exemple, dans Dublin, aucun pub n'était ouvert vendredi et il était impossible d'acheter de l'alcool dans les supermarchés. Il y a certains moments en Irlande où l'Eglise est plus forte que la "culture pub", mais dès mardi, la vie "normale" reprend ses droits autour d'une Guinness.




Pays