Connexion

Syndicate content

« La France sans ses immigrés ne fonctionne pas »

mercredi, 27 avril, 2011 - 10:05

Le gouvernement entend réduire l'immigration légale. Le patron de l'UMP insiste, lui, sur son coût. Une rencontre avec le collectif "24 heures sans nous" s'imposait afin de cerner les enjeux pour l'économie française.

Pour la deuxième année consécutive, le collectif "24 heures sans nous" a organisé, le 1er mars dernier, "La journée sans immigrés". Le but? "Nous décidons de ne pas participer à la vie de la cité. Par cette absence, nous voulons marquer la nécessité de notre présence".

Une présence contestée actuellement par le ministre de l'Intérieur qui souhaite réduire l'immigration légale de travail. Rencontre avec Nadir Dendoune, journaliste indépendant, écrivain et membre fondateur du collectif. Avec Madjid Messaoudene, il a récemment déposé plainte contre Guéant pour incitation à la haine raciale et discrimination.

Comment s’est passée la deuxième "Journée sans immigrés" ?

Le 1er mars 2011 a permis de faire perdurer le mouvement. Nous sommes toujours vivants, remontés à bloc pour l'année prochaine. Il y a encore énormément de travail à faire. Nous réfléchissons sur d'autres actions à mener tout au long de l'année. Pour nous, il est important de parler de l'immigration en d'autres termes.

Une France sans immigrés, ça donne quoi ? Quel impact sur l’économie, le chômage ?

Si tout le monde jouait le jeu, on remarquerait qu'une France sans ses immigrés est une France qui ne fonctionne pas. Il y a aurait moins de transports (ou pas du tout dans certaines villes), des hôpitaux à effectifs réduits, des restaurants ou magasins qui ne pourraient pas ouvrir…

Jean-François Copé (secrétaire général de l'UMP) a évoqué récemment le "coût de l’immigration"

Aujourd’hui encore est sortie une étude qui montre que l'immigration n'est pas un poids pour l'économie française, bien au contraire, le solde est positif! Même en ce qui concerne les aides sociales, gros fantasme de beaucoup de personnes dans notre pays, l'étude démontre que les immigrés ne sont pas une charge pour l'État et qu'ils financent même nos retraites…

Le gouvernement souhaite désormais réduire l’immigration légale, en particulier celle de travail. Quel est l'objectif de cette politique?

A un an de l'élection présidentielle, en pleine crise économique, identitaire et sociale, les déclarations à l'emporte-pièce permettent de faire oublier un bilan désastreux, ce n'est pas surprenant. Mais, je doute que cela soit suffisant. Je le dis depuis longtemps: je ne vois pas de différence entre l'UMP et le FN, donc, pour moi, l'UMP n'est plus un parti fréquentable.

Ressentez-vous une même montée des discours xénophobes?

La parole est libérée. Plus de tabou. Forcément, quand certains "en haut", se lâchent, le citoyen lambda y trouve une légitimité à tenir des propos xénophobes. Qu'on soit raciste autour d'un comptoir de bar, c'est une chose, qu'on le soit quand on est responsable politique et qu'on s'adresse à des millions de Français, c'est inadmissible et indigne.

La fermeture de l’espace Schengen réclamée par la France : une imposture, une manœuvre de diversion politique ?

Un effet d'annonce. Nicolas Sarkozy sait très bien que ce n'est pas réalisable. Il court juste derrière Marine Le Pen. Sauf que les électeurs préfèreront toujours l'original à la copie.

Les réponses de Nadir Dendoune ont été recueillies par mail




Mots clés
, , , , , , , , ,
Pays