Connexion

Syndicate content

La mort de Ben Laden relance la peur du terrorisme islamiste

lundi, 2 mai, 2011 - 10:37

Dès l'annonce de la mort de Ben Laden, Interpol a mis en garde contre "une menace terroriste toujours élevée". Néanmoins, les attaques terroristes ont fortement baissé ces dernières années, et ce sont les séparatistes qui ont commis le plus grand nombre d'attentats en Europe en 2010.

Le terroriste le plus recherché de la planète n’est plus, mais la mort de Ben Laden ne signifie en rien la fin du réseau d’Al Quaïda et de qu’il inspire, qui ont et continueront de perpétrer des attaques terroristes dans le monde entier. Nous avons ainsi besoin de rester unis et concentrés sur la  coopération que nous avons mené jusque là et nous battre, non seulement contre cette menace mondiale mais aussi contre le terrorisme en général",

a déclaré ce matin le secrétaire général d'Interpol Ronald Noble dans un communiqué.

Avant même la mort du leader d'Al Quaïda, l'agence de sécurité de l'Union Européenne (Europol) notait que:

Dix ans après les attaques du 11 septembre, le terrorisme continue à menacer sérieusement l'Europe et ses citoyens

Europol insistait néanmoins sur la baisse des actes terroristes en Europe en 2010 (50% de moins que l'année précédente) et la prégnance des séparatistes et indépendantistes sur les islamistes (3 contre 160).

D'après Europol, qui vient de publier son rapport sur le terrorisme, le nombre d’attentats n’a cessé de baisser depuis 2007. Il y a eu 587 attaques effectives et avortées en 2007, 441 en 2008 et 294 en 2009. Et 239 en 2010.

Cette tendance s'explique en grande partie par la baisse considérable du nombre d'attaques terroristes de la part des séparatistes – au premier rangs desquels ETA – qui commettent la majorité des actes violents en Europe: de 532 en 2007, on passe à 160 en 2010. 

L'Espagne et la France sont les deux pays de l'Union les plus touchés : 90 et 84 actes y ont été respectivement répertoriées. "Bien que le nombre d'attaques commises par des groupes terroristes séparatistes ait diminué, la menace venant de ces groupes ou d'autres groupes reste considérable", a déclaré Rob Wainwright, le directeur d'Europol, cité dans un communiqué.

Trois attentats islamistes

Les attentats islamistes enregistrent une très légère hausse, passant de 1 en 2009 à 3 l'année dernière. Le nombre d'arrestations est, lui, plus significatif : 179 en 2010 contre 110 en 2009. Paris, avec 94 interpellations de personnes liées au "terrorisme islamiste", arrive très largement en tête des pays européens

De plus en plus de ces terroristes islamistes qui visent les Etats membres agissent de l'intérieur de l'Union, précise le rapport. Il s'agit "d'acteurs solitaires dotés de la citoyenneté européenne". Les "djihadistes de retour des zones de conflits continuent de représenter une menace (…). Ils reviennent avec des contacts spécifiques, des compétences et un modus operandi", note Europol.


Afficher Les attentats en 2010 sur une carte plus grande – Florian Tixier / MyEurop

Si Europol se concentre sur les séparatistes et les islamistes, la police européenne note également une une augmentation du nombre d’attentats menés par des groupes anarchistes "révolutionnaires, anticapitalistes et anti-autoritaires" et une violence accrue : 21 attentats en 2007, 28 en 2008, 40 en 2009 et 45 en 2010. En trois ans, les actes terroristes des extrêmistes de gauche ont plus que doublés.

La moitiée des actions attribuées à l'extrême-gauche se sont produites en Grèce. A l'occasion du procès des membres présumés des "Conspiration des cellules de feu", jugés pour plusieurs attentats commis depuis 2008 – notamment l’envoi de colis piégés à plusieurs ambassades, ainsi qu’au président de la République française et à la Chancelière allemande -, la correspondante de MyEurop à Athènes nous avait présenté cette mouvance.


Pays