Connexion

Syndicate content

La Gauche indépendantiste ne veux plus avoir l’ETA à ses basques

vendredi, 6 mai, 2011 - 16:36

La coalition indépendantiste basque Bildu pourra bien participer aux élections municipales le 22 mai prochain, en dépit des pressions politiques de tous bords et du poids de l’opinion publique,. La Gauche indépendantiste a beau avoir tourné le dos à la violence politique de l'ETA, le chemin vers la normalisation reste long.

La gauche indépendantiste basque (Abertzale) s’y était prise à l’avance: depuis un an et demi, elle a multiplié les déclarations en faveur de la voie démocratique et contre la violence. Objectif : participer aux élections municipales du 22 mai prochain.

Des mois d'effort, courronnés de succès grâce à une décision de la Cour Constitutionnelle: par six voix contre cinq, elle a annulé une décision prise dimanche dernier par le Tribunal suprême [l'équivalent de la Cour de cassation française]. Ce dernier avait interdit les listes électorales présentées par Bildu en raison de leur lien avec le mouvement interdit (depuis 2003) Batasuna.

Après Batasuna et Sortu

Bildu regroupe les partis indépendantistes basques légaux Eusko Alkartasuna (EA) et Alternatiba ainsi que des militants de la gauche abertzale. Cette coalition a été formée en avril 2011 pour remplacer une autre alliance, Sortu, jugée illégale en mars après avoir tenté de succéder à Batasuna, l'aile politique de l'ETA.

Pour Bildu comme pour Sortu, l'argument de la Justice espagnole était le même: l’alliance de la gauche indépendantiste serait le résultat de la stratégie mise en place par les terroristes basques de l’ETA pour participer aux élections municipales. Dans ce contexte, même la présence au sein de la coalition d’un parti légal comme EA n’était pas considérée comme une garantie suffisante de l’indépendance par rapport à l’ETA.

Rejet de la violence

Pourtant, Sortu avait clairement rejeté dans ses status toute référence à la violence, y compris celle de l’ETA. Cela n’avait pas suffi à convaincre les magistrats.

Le parti de Sortu, à savoir se présenter aux élections, n’était pas gagné compte tenu de l’historique de la gauche Abertzale devant les tribunaux.

Sortu n’était en effet pas le premier parti de gauche Abertzale rendu illégal par la Justice. Ce fut également le cas de Herri Batasuna, Euskal Erritarrok, Batasuna, en 2004. Depuis, les listes électorales des formations considérées comme ayant des liens avec ces trois formations ont été systématiquement annulées par la Justice.

Consensus politique contre Bildu

On a d’ailleurs observé un rare consensus entre les deux principaux partis politiques, le Parti Socialiste Ouvrier Espagnol (PSOE) et le Partido Popular (PP), de droite. C’est sous la pression de ce dernier que le Gouvernement socialiste de José Luis Rodriguez Zapatero avait déposé un recours contre les listes de Bildu.

Une fois connue la sentence du Tribunal Constitutionnel, le Parti Populaire a demandé que le Gouvernement utilise tous les instruments légaux à sa disposition pour empêcher que des membres issus de Batasuna ou de l’ETA ne figurent dans les institutions de l’Etat. La route vers la normalisation de la Gauche n’est pas encore terminée.




Mots clés
, , , , , , , ,
Pays