Connexion

Syndicate content

Des hotspots gratuits pour réveiller l’Italie

jeudi, 12 mai, 2011 - 15:52

Pour faciliter l'accès à Internet dans un pays où la fracture numérique est particulièrement importante, le magazine Wired offre à 150 villes l'installation de hotspots gratuits sur les places publiques. Ce libre accès à internet doit permettre à l'Italie "de repartir", affirme le directeur de ce magazine.

"Un grand internet qui permet de redistribuer opportunités et espoir, en mettant en relation projets et connaissances. C'est comme ça que l'Italie peut repartir". Le titre du manifeste à la Une du magazine Wired Italia, signé par son directeur, Riccardo Luna, est explicite: "Svegliati Italia" (Réveille-toi Italie). Il mise sur internet pour changer un pays au bord de la crise de nerfs.

Les chiffres de l'internet italien ne sont, aujourd'hui, pas très reluisants: 6 millions de citoyens n’ont pas accès à internet. Et sur l’ensemble de la population qui pourrait y avoir accès, 4 Italiens sur 10 ne le font pas.
Internet doit pourtant permettre rien de moins qu'une nouvelle unité italienne, estime Riccardo Luna:

Où nous voulons aller, nous n'avons pas besoin de routes, ou de ponts sur le détroit de Sicile, mais d'autoroutes de l'information. D'un grand internet qui relie vraiment l'Italie, créant une nouvelle unité italienne, 150 ans plus tard".

Les grands travaux d’infrastructures pour une relance keynésienne ou les grandes cérémonies pour fêter l’anniversaire de l’Italie anachroniques, sous-entend le patron de Wired.

 

Aujourd’hui de timides essais de WiFi public existent un peu partout dans le pays. La ville de Rome a créé quelques points d'accès WiFi dans plusieurs parcs de Rome, dont la Villa Borghese, mais ces initiatives municipales manquent de conviction et d’ambition.

Le manifeste de Wired en dix points est, lui, très concret : l'inscription du droit à internet dans la Constitution italienne, l’objectif qu’en 2020 l'administration publique soit uniquement sur internet ou encore le WiFi accessible à tous dans les lieux publics.

Pour montrer l'exemple, la revue a offert à 150 places italiennes l'installation et la gratuité du WiFi. En association avec Wired, le fournisseur de service Unidata et Green Geek (groupe de jeunes milanais qui se battent pour la diffusion du WiFi gratuit) mettent à la disposition des municipalités intéressées leurs moyens techniques pour installer ces hotspots. La revue a commencé par Piazzale Cadorna où se trouve ses bureaux.

Pied de nez à la gérontocratie politique

Dans la foulée une seconde place Wired a été inaugurée à Cenusco le 21 mars. Beaucoup d’autres mairies ont fait la demande, et souligne le magazine, elles émanent généralement des plus jeunes au sein des équipes municipales. Un pied de nez à la gérontocratie politique qui domine le pays.

L'Aquila, ville détruite presque entièrement par le tremblement de terre de 2009 et qui peine aujourd’hui à retrouver une identité, le WiFi public gratuit est également programmé. Dans cette ville toujours en partie en ruine malgré les promesses de reconstruction, c'est un vrai pari sur l'avenir. Cialente, le maire explique: "Nous sommes en train de travailler sur des projets très ambitieux concernant l'accés à internet. Reconstruire aujourd’hui une ville qui ne soit pas ‘smart’ serait absurde".

Wired a, par ailleurs, lancé un projet de "cartographie italienne de tous les hotspots gratuits". Si vous découvrez un bar, un parc où le wifi est gratuit il suffit de le signaler sur le site pour enrichir la carte des accès WiFi free Italie.
 


Pays