Connexion

Syndicate content

Berlusconi en plein délire islamophobe

jeudi, 26 mai, 2011 - 14:21

En difficulté à Milan, un de ses fiefs historiques, la coalition de la droite italienne s'est lancéedans une hallucinante campagne électorale islamophobe et populiste. Silvio Berlusconi a ouvert le bal.

Le ton est donné par les milliers d'affiches qui couvrent les murs: "Milan deviendra une Zingaropoli (ville de gitans) et de gays si le candidat de la gauche Pisapia gagne". Elles ont été placardées cette semaine à la veille du second tour des élections municipales à Milan qui s'annoncent difficiles pour la candidate berlusconienne sortante, Letizia Moratti. Le match est d'autant plus violent qu'elle dirige une ville qui est le fief historique de Silvio Berlusconi.

Le leader de la Ligue du Nord, Umberto Bossi, n'est pas en reste pour venir au secours de son alliée du Popolo della Libertà:

N'abandonnons pas Milan à ce fou, Pisapia, qui veut la remplir de clandestins et de mosquées".

Sur YouTube, l'euro-parlementaire Mario Borghezio hausse le ton, si c'est encore possible:

il ne fait pas de doute que les fondamentalistes islamiques, et en premier lieu Al Qaeda et Al Zawhiri seraient très contents si la Ligue du Nord devait perdre et Pisapia gagner (…)La victoire de la gauche ouvrirait les portes à l'Islam radical. C'est comme si on déployait le drapeau islamique sur le Dôme de Milan".

Letizia Morratti, la maire sortante, mélange allègrement populisme et clientélisme: elle promet, ni plus ni moins d'annuler immédiatement toutes les contraventions des Milanais ainsi que les 10 euros de l'Ecopass, la taxe pour l'entrée dans la ville, si elle est réélue.

Amendes en cascade

Le ballotage dans sa ville est inquiétant pour le Président du conseil qui est, de fait, entré en campagne électorale. Il est intervenu dans pas moins de quatre journaux télévisés vendredi dernier pour prévenir, lui aussi, contre le danger de la transformation de Milan "en ville islamique" et en "zingaropoli". Le candidat de gauche?

"Il ferait de Milan la Stalingrad d'Italie" puisqu'il est proche des "centres sociaux et des milieux terroristes". (Les "centres sociaux" sont des centres culturels autogérés, NDLR)

Enfin, pour satisfaire l'électorat lombard, Berlusconi a même promis le déplacement de certains Ministères de Rome à Milan. Cette dernière mesure ayant provoqué une levée de bouclier dans son propre camp, en particulier du Maire de Rome, Gianni Alemanno.

L'autorité pour la garantie dans les communications (le CSA italien, NDLR) a dû intervenir devant l'omniprésence du Cavaliere à la télévision. 258 000 euros d'amendes pour les journaux TG1 et TG4, 100 000 euros pour TG2 TG 5 et Studio Aperto pour n'avoir pas respecté le principe de la par condicio, le silence médiatique avant le scrutin du 1er tour.

Si on ajoute les 100 000 euros d'amendes payés il y a quelques jours par le récidiviste Emilio Fede, journaliste vassal de Berlusconi, au total, la Rai –donc les contribuables italiens- et le groupe Mediaset de Berlusconi devront payer plus de 800 000 euros pour ces interventions illicites.

Faux Tziganes pour faire peur

Dans les banlieues milanaises, des personnes déguisées en Tziganes auraient distribué des tracts pour Pisapia en expliquant qu'il va construire la mosquée la plus grande d'Europe. Pisapia a déposé plainte, car, explique-t-il, "il s'agit d'un délit. Ces conduites relèvent du pénal et il me semble juste (…) de déposer plainte auprès du Commissariat de Milan pour mettre à jour ces actions répétées, en particulier en banlieues".

Lors d'une rencontre mardi avec la presse étrangère le très placide président de la République italienne Giorgio Napolitano a reconnu que "les prises de positions partisanes en Italie sont excessives". C'est un euphémisme!

Ce délire de la peur va-t-il être payant pour Silvio Berlusconi? Gad Lerner, lors de son émission L'Infedele sur la chaine indépendante La 7 se demandait lundi soir "Sommes nous vraiment stupides comme ils le pensent?" Les électeurs milanais trancheront. Avec 'intelligence? Réponse dimanche et lundi.
 


Pays