Connexion

Syndicate content

Euro-révolution: « agir local, penser global »

lundi, 30 mai, 2011 - 17:05

Dans les villes espagnoles, le processus de décentralisation du mouvement vers les quartiers a commencé dimanche avec succès. A l'international, une manifestation européenne se prépare le 19 juin, et une journée mondiale de contestation est prévue en octobre. Les indignés espagnols remettent au goût du jour la devise "agir local, penser global"

Après plusieurs heures de débats, l’assemblée générale de la Puerta del Sol a décidé de ne pas lever le camp jusqu'à nouvel ordre. De l'avis général, le campement sur l’emblématique place madrilène, installé depuis les manifestations du 15 mai dernier, ne pourra toutefois pas se prolonger indéfiniment.

L'unité mise à l'épreuve

Devant les centaines de personnes réunies dimanche, les campeurs ont reconnu l’existence de problèmes qui rendent difficile la pérennité du campement. Le vivre-ensemble sur la place a en effet connu quelques accrocs dernièrement: présence d’armes blanches, personnes extérieures au campement qui profitent de la nourriture sans respecter leur tour, insécurité de certaines installations électriques. Et la fatigue qui commence à se faire sentir après quinze jours d’inconfort, à la merci des intempéries.

Certains, rapporte le quotidien Público, se sont plaint de la dérive du mouvement initial vers un campement un peu hybride où sont apparus des espaces Spiritualité et même une tente dédiée au Sahara Occidental.

Les soutiens faiblissent

Par ailleurs, les pressions extérieures se multiplient pour que soit fait place nette sur la Puerta del Sol. Les commerçants du quartier se plaignent du manque à gagner que représente la proximité du campement dans cette zone touristique de la ville.

Les autorités madrilènes, du Partido Popular (PP, consevrateur), ont exigé que le Ministère de l’Intérieur déloge les campeurs de la Puerta del Sol qu’ils accusent d’avoir fait dégénérer le mouvement initial en un campement proche du bidonville. Enfin, l’organisation patronale madrilène a annoncé son intention de déposer un recours en justice si le campement n’est pas levé.

Si finalement l’assemblée générale a décidé de poursuivre le mouvement sur Puerta del Sol, il s’agira toutefois de "restructurer le campement", c’est-à-dire de réduire l’espace occupé ainsi que le nombre de commissions. Celle dédiée à l’alimentation devrait ainsi être supprimée.

International

Quoiqu’il en soit, l’Acampada sera levée tôt ou tard. Quel avenir alors pour le Mouvement 15-M dont l’épicentre avait pris place à Sol ? Le nouveau scénario se développera à échelle "glocale" : l’un des instigateurs du Movimiento 15-M, Democracia Real Ya (DRY) – à ne pas confondre avec les campeurs de Puerta del Sol – a annoncé lundi en conférence de presse son intention de convoquer le 15 octobre prochain une manifestation au niveau mondial. Son but? Dénoncer que les citoyens ne sont pas "de la marchandise aux mains des politiques et des banquiers".

Paris, dimanche après-midi

Parallèlement, le mouvement s’organise dans d’autres pays. En France, les forces de l’ordre sont intervenues dimanche pour déloger les centaines de personnes réunies sur la place de la Bastille à Paris. L’Assemblée de Sol a apporté tout son soutien aux indignés parisiens avec lesquels elle était connectée durant l'après-midi. En Grèce, plus de 30 000 personnes se sont réunies à Athènes, battant un nouveau reccord d'affluence. 

Prendre les places villageoises

En Espagne, on est toutefois conscient que la survie du mouvement viendra des quartiers et des petites villes. Et le processus de décentralisation de la "Spanish Revolution" a franchi une nouvelle étape ce week-end. Plus d’une centaine d’assemblées se sont réunies dans les quartiers de Madrid et dans les villes de la région, perpétuant à leur échelle, la tradition fraîchement établie à Sol.

Bulletin d'informations du mouvement du 29 mai

Dimanche, les représentants de ces nouveaux échelons de la protestation ont mis en commun leurs propositions devant les centaines d’assistants à l’assemblée générale de Sol. Le bilan a pris plusieurs heures, mais l’enthousiasme était bien présent et certains représentants, comme ceux du bidonville de la Cañada Real, ont été accueilli chaleureusement.

En attendant la prochaine décision de l’Acampada de Sol sur son avenir proche, la révolution se perpétue via d’autres canaux.




Pays