Connexion

Syndicate content

L’Allemagne dira adieu au nucléaire en 2022

vendredi, 27 mai, 2011 - 14:20

C'est désormais officiel, il n'y aura plus aucune centrale nucléaire en activité outre-Rhin en 2022. Pour compenser cette sortie de l'atome, l’offre d’électricité écologique allemande se développe tous azimuts.

Selon le ministre de l’Environnement, Norbert Röttgen, qui a précisé les grandes lignes du projet de sortie du nucléaire ce matin, la majeure partie des 17 réacteurs allemands ne sera plus en service d'ici fin 2021. Quant aux trois derniers réacteurs nucléaires, ils seront fermés avant la fin 2022. Concernant les 8 réacteurs déjà déconnectés du réseau d'électricité, ils ne seront pas réactivés. L'un d'eux restera en état de veille jusqu'en 2013 au cas où les énergies renouvelables ne suffisent pas pour répondre à la demande en hiver.

Ce programme est selon le ministre une décision irréversible prise par la coalition gouvernementale.

Le gouvernement prévoit d’investir massivement dans les énergies renouvelables afin qu’elles fournissent 40% de ses besoins en électricité avant 2020, contre 17% actuellement.

Encombrement du marché

L’équation n’est cependant pas si évidente pour les fournisseurs d’électricité verte. En voulant se détourner de l’atome, et en forçant les groupes énergétiques à rénover leurs centrales traditionnelles trop anciennes et à opter pour les énergies renouvelables, Berlin va réduire considérablement l’avantage "écolo" des fournisseurs de courant vert.

Les Allemands ont été précurseurs dans l’offre grand public de contrat d’approvisionnement en courant produit à partir de sources d’énergies renouvelables. Le vent et le soleil (13 % de la production totale d’énergie), et l’eau (3,3 %). Et la demande des consommateurs semble avoir pris de court le gouvernement. L’absence de régulation a encouragé une multitude de compagnies à se lancer dans ce filon.

10 000 tarifs différents

La multiplication des offres a créé une sorte de jungle dans laquelle il est bien difficile de se retrouver. A Munich, une famille peut ainsi s’approvisionner auprès de… 74 compagnies privées différentes. Et les prix pour un même volume de kilowatts achetés chaque année peuvent varier de 652 à 1 040 euros. Dans l’ensemble du pays, 940 fournisseurs proposent plus de 10 000 tarifs différents.

Le principal magazine de consommateurs a beau régulièrement tenter de classifier les plus sérieux, le consommateur y perd son Goethe. Des sites comparatifs comme vergleichoekostrom ou oekostromambieter se sont lancer afin d’aider les recherches. Mais le système, assez compliqué, ne séduit pas le grand public.

Touche finale, il n’existe pas moins de trois labels officiels pour étiqueter les distributeurs d’électricité verte. Chacun proposant encore plusieurs niveaux de certification en fonction du pourcentage d’énergies renouvelables proposé dans les contrats de distribution.

(Article actualisé lundi 30 mai à 9h30)




Mots clés
, , , , ,
Pays