Connexion

Syndicate content

Les Chinois copient un village autrichien classé à l’Unesco

vendredi, 17 juin, 2011 - 13:20

Rarement la bourgade d’Hallstatt et ses 900 habitants ont été aussi agités. Et pour cause, une entreprise chinoise de BTP est en train reproduire leur village à l’identique... dans la province de Guangdong, au sud-est de la Chine. Cerise sur le struddel ? Les Chinois n'avaient prévenu personne de leur projet ! 

Située entre un lac et des montagnes, Hallstatt est une ville très pittoresque, digne d’une carte postale. D’ailleurs, le tourisme est son fond de commerce, surtout depuis que le village est inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco. Pourtant, la tranquilité des villageois est mise à rude épreuve ces derniers jours.

Pavé dans le lac

L’affaire a été révélée aux médias locaux le 14 juin par la patronne du Grüner Baum, un hotel surplombant le lac. Monika Wenger hébergeait depuis deux semaines une touriste chinoise. Etonnée de la voir attablée en train de travailler sur son ordinateur avec des plans d’architecte, elle lui fait remarquer sur le ton de la plaisanterie qu'il ne faut pas travailler en vacances. La "touriste" lui explique alors qu’elle est en fait architecte et qu’elle travaille pour l’entreprise China MinMetals. Ou, plus exactement, pour sa filiale immobilière.

Diaporama des photos (disponible sur le site de l'hôtel Grüner Baum)

C'est seulement en mai 2011 que le maire apprend qu'une entreprise chinoise envisage de reproduire à Boluo, au Sud-Est de la Chine, 27 bâtiments de sa ville et de creuser un lac artificiel à l'image de celui d'Hallstat. Le groupe de BTP envisage de faire de ce cadre "exotique" un complexe avec appartements de luxe et centres commerciaux.

Les travaux devraient durer 6 ans et coûter 645 millions d'euros.

Sur un forum chinois Soufun.com, Yin Liang, le Vice-président de la branche immobilière de China Minmetals explique la démarche:

Après une recherche mondiale qui a duré plusieurs années, nous nous sommes décidés pour une construction de type autrichienne. Notre entreprise a déjà des chantiers de construction de style allemand, espagnol, britannique et italien, ce projet c'est notre premier autrichien".

Devant le fait accompli

La population d'Hallstatt, elle, n'était au courant de rien jusqu'à cette semaine. Alors que les travaux viennent de commencer en Chine, Monsieur Scheulz se trouve pris de cours et déplore d'avoir été mis devant le fait accompli.

Il attend donc beaucoup de la visite en juillet prochain du maire de Buluo ainsi que du PDG de China MinMetals. La ville chinoise comptant 820 000 habitants et Hallstatt seulement 900, il ne peut espérer un partenariat avec cette dernière mais envisage "une sorte d’accord, une façon de collaborer".

La suspicion gagne le village

Fiers de leur ville et de son patrimoine culturel, les habitants n’ont d’abord pas été étonnés de voir Hallstatt être visitée par des centaines de touristes chinois ces derniers mois. Mais depuis le début de la semaine dernière, un vent de suspicion a gagné le village. On peut d’ailleurs lire dans la presse suisse : "Tout est devenu clair pour les 900 âmes de la commune : il s’agissait en réalité d’architectes espions qui voulaient observer l’endroit très précisément".

Grâce au témoignage de Monika Wenger pour le 20 Minutes suisse, on s’imagine des scènes cocasses dignes d’un sketch de contre-espionnage : "Ils ont photographié chacune des planches de bois de tous les balcons", raconte-t-elle. Pour la patronne de l’hôtel Grüner Baum, "c’est comme si quelqu’un avait cambriolé chez [elle]". Le maire Alexander Scheulz nous confie également que "les habitants sont très étonnés,  ils sont un peu effrayés que tant a déjà été manigancé sans qu’il ne le sache".

Atout touristique

Partagée, la population pèse le pour et le contre du projet. Certains ne sont pas ravis de savoir leur maison reproduite à l’identique à l’autre bout de la planète, d’autres, à l’instar du maire, sont "fiers que [leur] ville soit reconnue comme telle par un pays comme la Chine qui a lui aussi des traditions et une culture très ancienne".

Plus pragmatique, l’office de tourisme se réjouit des retombées économiques que cela pourrait apporter à la ville/

Hallstatt est déjà très populaire en Chine. La ville a déjà accueilli 1500 touristes chinois l’année dernière alors qu’ils n’étaient que quelques centaines il y a quelques années".

Cependant, ce ne peut pas être une copie-conforme d’Hallstatt : "Le quartier en Chine n’aura jamais le charme d’Hallstatt car notre ville est unique, on ne peut pas la reproduire", assure Pamela Binder, la directrice de l’office, un brin chauvine,.

Hallstatt n’est pas "tous droits réservés"

Les habitants se demandent si cette reproduction est légale étant donné que depuis 1997, Hallstatt est inscrite au patrimoine culturel mondial au même titre que les pyramides de Gizeh et, d’ailleurs, que la muraille de Chine.

Interrogé par le journal de Vienne, Hans-Jörg Kaiser, d’Icomos Austria, conseil national autrichien pour l’entretien des mémoriaux, affirme que la reproduction de bâtiments historiques est légale mais que "tout ne doit pas être sacrifier au nom du tourisme".

De fait, reproduire des monuments historiques est la dernière mode dans le BTP chinois. Paris a déjà sa jumelle avec "My little Paris" dans l’Ouest du pays, et Shanghai a inauguré un quartier british en 2005


Pays