Connexion

Syndicate content

Polémique au supermarché

vendredi, 1 juillet, 2011 - 10:41

Le beurre, l’argent du beurre et le sourire de la crémière. La première chaîne de grande distribution espagnole, Mercadona, demande à ses employés de soigner leur aspect : rasage de près pour les hommes et maquillage pour les femmes !

La première chaîne de grande distribution en Espagne, Mercadona, a demandé à ses employés de faire un effort particulier sur leur présentation. Les hommes doivent désormais arriver rasés de près et les femmes sont tenues de se maquiller.

Une mesure étonnante qui a parfois nécessiter quelques efforts d'adaptation. "Je ne me suis jamais maquillée. Heureusement que la responsable nous a donné des conseils pour bien nous maquiller et avec goût", explique une caissière au quotidien El Mundo.

Débat national

Mais dans un pays très sourcilleux sur la non-discrimination, certains dénoncent une mesure rétrograde et sexiste : depuis quand une femme est-elle plus présentable si elle arbore rouge à lèvres et fard à paupières ? A l'inverse, d'autres rappellent qu’imposer le maquillage ou cacher les piercings et tatouages intempestifs n’est pas l’apanage de Mercadona.

La nouvelle norme s’inscrit-elle vraiment dans le cadre de la philosophie de la "Qualité totale" que le groupe a faite sienne depuis 1993 ? Cette politique d’entreprise a conduit la chaîne de supermarchés à classer le traitement du personnel comme objectif prioritaire après la clientèle.

Donnant-donnant ?

Ainsi, dans un pays qui compte près de cinq millions de chômeurs (21,3% de la population active), les 63 500 employés du groupe ont un Contrat à Durée Indéterminée. Rappelons que la réforme du marché du travail adoptée il y a un an par le Gouvernement de José Luis Rodriguez Zapatero avait notamment pour but de réduire la proportion des contrats à durée déterminée (CDD) majoritaires dans le pays.

La politique n’a pas porté de fruits, mais cela n’a pas empêché Mercadona d’embaucher 1 500 CDI en 2010. Par ailleurs, la chaîne se vante d’offrir un salaire moyen supérieur au salaire moyen du secteur en Espagne (le salaire du personnel de Mercadona a été augmenté de 3% en 2010) ainsi que 70 heures de formation en "qualité totale" à ses employés chaque année.

Adhésion en demie teinte

En échange, le groupe se montre exigeant avec ses salariés. Selon la direction, la productivité a ainsi augmenté de 5% en 2010 et l’absentéisme est en baisse. Nul ne sait si la couche de fond de teint contribuera à encore améliorer les statistiques en 2011.

Sur les forums internet, les commentaires de certains salariés, à prendre avec les précautions de rigueur, ne sont pourtant pas toujours positifs. Ils évoquent notamment, des exigences démesurées et une demande excessive d’adhésion et de soutien au groupe.

Résultats à l'appui

Quoi qu’il en soit, les résultats de l'enseigne montrent qu’une rémunération correcte (par rapport au reste du secteur) et une relation étroite avec les salariés peuvent être payantes. En plus des stratégies purement commerciales, comme la baisse de 10% du prix moyen des produits en 2008, quitte à faire disparaître certaines grandes marques des rayons.

Une stratégie payante. Dans une Espagne en crise, où le PIB a baissé de 0,1% en 2010 et où la demande nationale peine encore à retrouver son dynamisme d’antan, le groupe a enregistré une hausse des ventes de 6% et de 47% de son bénéfice net.


Pays