Connexion

Syndicate content

Coupe du monde: les Bleues ne sont pas des Bleus!

mardi, 28 juin, 2011 - 11:48

Jamais une Coupe du monde de foot féminin n’a suscité autant d'engouement en France et en Allemagne. La chaine Direct 8 a tiré le gros lot: son audience a explosé avec la victoire des bleues samedi soir. Les prochaines stars du foot seront-elles des femmes ?

La nouvelle statue de Birgit Prinz élevée à Francfort n'a pas porté chance à l'Allemagne. Un alter-ego de huit mètres de haut que l’attaquante fétiche de l’équipe allemande de foot, originaire de la ville, trouvait, il est vrai, plutôt "désagréable". La consécration, la vraie, c'est son son modèle "mini-moi", une poupée Barbie, à son effigie. "C’est [ma] première Barbie", ironise la capitaine de la "Frauenschaft".

Malheureusement pour elle, son équipe a été défaite en quart de finale: l'Allemagne, favorite du Mondial, a été éliminée de la Coupe du monde de football féminin (0-1) par le Japon. Elle avait pourtant battu la France le 5 juillet (4-2).

Mais en éliminant l'Angleterre, à l'issue des tirs au but (1-1, 3-4), l'équipe française s'est finalement qualifiée pour les demi-finales de cette Coupe du Monde, mercredi prochain à 18h00. Les Bleues se sont, par la même occasion, également qualifiées pour Jeux Olympiques. En effet, seules les deux meilleures nations européennes de la Coupe du Monde décrochaient un ticket pour Londres.

Engouement médiatique sans précédent

Lancée dimanche 26 juin, à Berlin, la 6ème édition de la Coupe du monde de football féminin est un succés sans précédent. Elle suscite un engouement de la part du public et des médias, notamment en France.

La chaîne Direct 8, qui est la seule à avoir misé sur les féminines, a tiré le gros lot : samedi soir, elle a enregistré son pic d'audience depuis sa création. À 20 h 41, 2 449 000 téléspectateurs ont assisté à la victoire française à l'issue des tirs au but.

Même succés en Allemagne au début de la coupe. Le match d’ouverture a rassemblé 15,37 millions de téléspectateurs allemands. Un nouveau record : c'est 5 millions de plus que lors de la finale entre l’Allemagne et la Suède, en 2003.

On est loin de la précédente Coupe du monde féminine de 2007. Les deux premières chaines publiques de la télévision allemande avaient retransmis seulement huit matchs sur trente-deux. Cette année, pour la première fois, toutes les rencontres sont diffusées. ARD et ZDF se sont partagées les droits.

"Hype" passagère où réel changement dans la perception d’un sport qui reste à l’ombre de ses grands frères ?

Matchs à guichet fermés

Neuf stades ont été réquisitionnés pour les footballeuses, aux quatre coins de l’Allemagne: Berlin, Francfort, Augsbourg, Bochum, Dresde, Sinsheim, Mönchenglachbach, Wolfsbourg et Leverkusen. D’ailleurs, la finale ne se déroulera pas dans la capitale mais à Francfort – ville où siège la fédération allemande (DFB) – et qui s’affirme comme "le cœur du football féminin".

Les spectateurs sont également au rendez-vous dans les stades: 80% des places avaient été vendues avant même le coup d’envoi de la compétition. Tous les matchs de l’équipe allemande ainsi que la finale affichent déjà complets.

De plus, dans la lignée de la coupe du monde masculine, un grand nombre de bars et cafés retransmettent les matchs sur écran géants.

"L'évènement sportif de l'été"

La semaine dernière, quatre journaux plus ou moins spécialisés ont sorti des hors-séries consacrés à la Coupe du monde de foot féminin. Matthias Brügelmann, le rédacteur en chef du Bild Sport qui a publié un cahier spécial de 48 pages déclarait au Tageszeitung : "nous préparons ainsi nos lecteurs à l’événement sportif numéro 1 de l’été".

Cet engouement en Allemagne résistera-t-il à l'élimination de l'équipe nationale? On peut en douter.

L’Allemagne était focalisé sur l’Allemagne. Ainsi, Ralf Scholt, chef des programmes à ARD explique que "la couverture de l’équipe allemande s’étire comme un fil rouge à travers le programme de la coupe du monde". Daniel Stolpe, responsable de la rubrique sport pour Die Welt, ne se fait pourtant pas d'illusions :

personne ne connaît les joueuses des autres équipes. Il n’y a pas de Messi ou Ronaldo chez les filles. Le tournoi sera mort si les allemandes sont éliminées.

Un million de licenciées

Son équipe gagnant à être connue, Doris Fitschen, la manager de la "Frauenschaft", déclarait fièrement

nous ne voulons pas cultiver la comparaison avec l’équipe masculine, nous voulons écrire notre propre histoire.

Pourquoi un tel remue-ménage médiatique outre-Rhin, auquel le football féminin n'est guère habitué? Premièrement, la coupe se déroule en Allemagne, pays dans lequel le foot est fédérateur pour la population. De plus, la DFB compte plus d’un million de licenciées contre 60 000 joueuses inscrites à la Fédération Française de Foot.

Enfin, d’après le Taz qui a étudié la relation entre foot et féminisme, si les joueuses allemandes plaisent tant, c’est parce qu’elles ont cassé l’image austère véhiculée par leurs aînées. En effet, il n’est plus rare de voir les footballeuses dans des pubs…

 et même dans… playboy. Ce qui n’est pas du goût de toutes joueuses.

nous voulons sponsoriser notre jeu, mais pas notre derrière",

prévient la capitaine allemande Birgit Prinz.


(De nos archives. Article actualisé avec la victoire de l'équipe française le 10 juillet à 12h)




Pays