Connexion

Syndicate content

Love Parade de Duisbourg: des excuses avec un an de retard

lundi, 11 juillet, 2011 - 16:52

Le parquet de Duisbourg a rendu son rapport intermédiaire public: pour des raisons de sécurité, la Love Parade n’aurait pas dû avoir lieu et les autorités publiques le savaient. Le maire s’excuse mais ne démissionne toujours pas.

Il y a bientôt un an, 24 Juillet 2010, 1,4 millions de fans de techno s’étaient réunis à Duisbourg afin de participer à la Love Parade. Les jeunes devaient emprunter un tunnel de 200 mètres de long et 30 mètres de large pour atteindre le lieu de l’événement. Prises au piège dans un mouvement de foule et de panique, 21 personnes ont trouvé la mort et environ 500 autres ont été blessées.

Lundi 11 juillet, l’avocat du parquet en charge de l’affaire, Rolf Haferkamp, a transmis au journal régional le Rheinischer Post  les conclusions du rapport intermédiaire, pourtant toujours confidentiel.

Organisation illégale

400 pages à l’appui, le parquet confirme que le projet présenté à la mairie par les organisateurs présentait de telles failles concernant les mesures de sécurité que celui-ci aurait dû être rejeté.

Ainsi, dans les seize personnes inculpées, onze sont des employés municipaux à qui on reproche d’avoir accepté un événement qualifié d'illégal. Un policier est aussi mis en cause pour son comportement lors de la tragédie. Les quatre autres personnes font partie de l’entreprise Lovapent, organisatrice de l’événement.

Parle respect des droits à la personne des inculpés, le rapport qui les met en cause est gardé secret. A la clôture de l’enquête, dans quelques mois, ces personnes pourraient être mises en accusation.

"Je m’excuse"…

Le maire de Duisburg, Adolf Sauerland, s’est, pour sa part, expliqué devant son Conseil municipal. Selon le Rheinischer Post, il a commencé son discours la voix chevrotante: "en tant que maire de cette ville, je porte la responsabilité morale de cet événement."

Les mots tant attendus depuis un an ont enfin été prononcés :

C’est par un besoin personnel que je m’excuse auprès de ceux qui sont restés ainsi qu’auprès des sinistrés."

Le maire a ensuite longuement remercier "tous ceux qui ont accompagné les victimes et leur familles", "tous ceux qui en tant que policiers, service de l’ordre ou d’aide ont fait de leur mieux", "tous ceux qui veulent savoir ce qu’il s’est passé", et enfin, "tous ceux qui aident, pour que notre ville puisse à nouveau regarder vers l’avenir".

Adolf Sauerland a ensuite poursuivi:

Notre tristesse, notre compassion et notre profond respect s’adresse à ceux qui ont perdu la vie, à toutes les autres victimes ainsi qu’à leurs proches."

…mais je reste

Alors que beaucoup pensaient qu’Adolf Sauerland allait démissionner, le maire n’a jamais voulu quitter sa fonction qu’il est censé occuper jusqu’à 2015. Selon lui, il n’est pas responsable du drame, et son équipe non plus : "je pars du principe que ce qu’a approuvé mon administration tient bon" rapporte Die Zeit le 7 juillet. 

Sous la pression populaire, le maire avait engagé sa responsabilité au sein du Conseil de la ville. Fort du soutien de son parti, la CDU, Adolf Sauerland a pu garder son poste.

Cependant, les habitants de Duisbourg ont lancé une initiative populaire "Neuanfang für Duisburg" (un nouveau départ pour Duisbourg), afin de contraindre Adolf Sauerland vers la sortie.

Ainsi, depuis le 20 juin, une pétition peut être signée dans plusieurs endroits de la ville. Selon l’organisation, en dix jours, 10 000 signatures avaient déjà été récoltées. Ses excuses ne devraient pas avoir beaucoup d’incidences sur l’impopularité de Sauerland.

Certains proches de victimes ont déjà fait savoir qu’ils ne souhaitaient pas que le maire soit présent lors des cérémonies pour le premier anniversaire du drame qui se dérouleront dans les prochains jours, rapporte le Süd Deutsche Zeitung.

Pays