Connexion

Syndicate content

Spider Truman : un WikiLeaks à l’italienne?

lundi, 18 juillet, 2011 - 14:43

Ancien employé du Parlement, licencié après avoir enchaîné les CDD pendant 15 ans, le "vengeur précaire" Spider Truman fait parler toute l'Italie avec ses révélations sur les coulisses parlementaires. Fustigeant une "caste de privilégiés", il exprime la colère d'un peuple dont les députés sont les rois de la magouille, au moment où un plan d'austérité a été voté à Rome. WikiLeaks à l'italienne ou fumisterie ? 

Licencié après 15 ans de contrats précaires dans le Palais Montecitorio [le Parlement italien], j’ai décidé de dévoiler petit à petit tous les secrets de la caste".

Le vengeur masqué des précaires italiens, le nouveau buzz du réseau depuis samedi matin, c’est Spider Truman. Est-il fiable ? Ce vengeur masqué peut-il faire trembler le Parlement italien comme il l’affirme ?

Buzz sur Internet

Personne n’a encore pu vérifier l’identité du personnage, et donc sa crédibilité. Le fait est que, depuis la création de sa page Facebook "Les secrets de la caste de Montecitorio", il a déjà plus de 255 000 fans, et ce nombre est en constante augmentation. Après avoir reçu des contrôles de Facebook concernant des questions de droit d’auteurs Spider Truman a également créé un compte Twitter et un blog

Le phénomène du vengeur-bloggeur fait beaucoup parler dans la Botte : qui est-il ? Est-ce une blague ? Un ultime exemple du discours antipolitique ambiant qui sévit en Italie ? Le bloggeur refuse de parler de raisons plus hautes ou idéalistes, il est entièrement dédié à sa vengeance.

Il ne s’agit pas pour moi d’informer ou de rendre les citoyens plus participatifs, j’agis par pur esprit de vendetta", 

écrit-il sur son profil.

Un Assange à l'italienne ?

Les révélations sont faites selon les règles de l’art et du suspens, et le vengeur précaire donne de mystérieux rendez-vous : "Aux 200 000 inscrits, retrouvons-nous vers 13h", écrivait-il lundi matin sur sa page Facebook, empruntant des tons de complot. Véritable maitre dans l'art du suspens, il distille les informations au goutte à goutte.

Chaque fait est donné avec preuve à l’appui: les conditions tarifaires "privilégiées" de la Tim [filiale de Telecom Italie et première compagnie de téléphonie mobile en Italie], pour les parlementaires est accompagnée par la photo de la liste des prix. "La baguette magique de l’immunité sur la route pour la famille et les amis" explique le fonctionnement des contraventions pour lesquelles "des esclaves dont j’ai fait parti" sont préposés aux lettres au préfet pour faire sauter les contraventions des fils des parlementaires qui roulaient à 180 km/h sur l’autoroute.

Des passe-droits à n'en plus finir

Le billet "Voitures de fonctions pour tous" explique comment des gendarmes sont préposés aux courses de Madame le jour et aux sorties de l’amante le soir venu. "Comment voyager gratis sur les avions" dévoile le fonctionnement des "millemiglia" -les points Alitalia- offerts aux Parlementaires par la compagnie aérienne et ensuite distribués aux amis et à la famille.

Spider Truman soutient aussi que pour obtenir une escorte, il suffit de "trouver une personne fiable qui vous envoie une lettre anonyme d’insultes et de menaces, encore mieux si cela concerne aussi vos familiers…Il suffit de peu"… Jusqu’aux barbiers du Parlement (tous venant de la région du Président de la Chambre) et qui gagneraient plus de 11 000 euros par mois.

Retour de bâton pour les députés

Ces révélations n'arrivent pas à n'importe quel moment. Les députés italiens ont en effet voté vendredi dernier un budget d'austérité de 47 milliards d'euros d'économie pour parvenir à l'équilibre budgétaire en 2014. Mais les représentants du peuple italien se sont bien gardés de commencer par serrer leur propre ceinture, parvenant à faire abandonner in extremis les réductions de salaires qu'on leur demandait: ils ne contribueront au plan qu'à hauteur d'à peine 7,7 millions d'euros, soit 0,016%.

A travers ce vengeur masqué, c'est le ras-le-bol de tout un pays vis-à-vis d'une petite caste de privilégiés qui s'exprime . 

Si le vengeur précaire ne cite, pour le moment, pas de noms, et ne fait pas des révélations incroyables, le phénomène fait, c’est révélateur, énormément parler le pays: le Corriere della Sera est préoccupé par cette

vague d’antipolitisme qu’il chevauche et qui s’est accrue ces jours derniers après l’annulation des baisses de salaires prévus pour les parlementaires".

Prudent, le Fatto quotidiano, pour qui l’information est néanmoins intéressante, souligne bien qu’on ne sait rien, pour le moment, de son auteur. Pour La Stampa, "les privilèges des parlementaires finissent encore une fois par être la cible sur internet mais, sur certains détails, il sera difficile de distinguer entre la réalité des faits et la rage du vengeur anonyme".

Jusqu’où ira le vengeur précaire ? S’agit-il d’un canular ou d’une attaque qui peut véritablement faire trembler le Parlement italien à un moment où sa crédibilité est déjà bien entachée? Affaire à suivre.  




Pays