Connexion

Syndicate content

La Catalogne, plus intransigeante que le reste du pays

vendredi, 22 juillet, 2011 - 13:46

La question du port du voile intégral créé de nombreuses polémiques en Espagne. L'année dernière, une loi proposait de l'interdire dans les espaces publics. Finalement, cette mesure n'est appliquée qu'en Catalogne. Pour l'instant. 

En Espagne, les législations sur l’interdiction de la burqa en France et en Belgique nourrissent la polémique qui sévit depuis quelques années dans le pays. En juin de l'année dernière, le ministre de la Justice Francisco Caamaño avait annoncé une nouvelle loi de "liberté religieuse" restreignant l’usage de la burqa dans les espaces publics.

Nous pensons qu’il y a des éléments, comme la burqa, qui sont difficilement compatibles avec la dignité de l’être humain, et qui, surtout, avec des règles fondamentales dans les espaces publics, telle que l’identification des personnes.

avait-il déclaré à la presse.

La loi a finalement été abandonnée, les députés n’arrivant pas trouver un accord sur nombres de sujets, parmi lesquels la burqa.

Seulement en Catalogne

Le débat était ressorti au moment même où Barcelone, deuxième ville d'Espagne, votait une loi interdisant le port de la burqa dans les édifices publics de la ville (hôpitaux, centres civiques, bibliothèques, marchés, bureaux d’information, …) mais pas dans la rue, comme le demandait pourtant les membres du Partido Popular (conservateur) catalan.

La capitale de la Catalogne rejoignait ainsi deux autres villes de la Province, Lleida et El Vendrell, qui avaient adopté la même mesure quelques semaines auparavant.

Nombreux sont pourtant les politiques et les associations, religieuses ou non, arguant du fait que la burqa ne concerne qu’une très infime partie de la population. Récemment, l’histoire d’une adolescente de l’enclave espagnole de Melilla, a défrayé chronique dans le pays: la jeune fille a décidé de quitter l’école publique où elle était scolarisée car elle ne pouvait pas y entrer couverte de la burqa, vêtement qu’elle a adopté du jour au lendemain sans que ses amies ou professeurs n’en comprennent la raison.

Sans burka, je ne veux pas vivre",

déclarait-elle au quotidien El Pais qui lui consacrait un long portrait en début de mois.

Un comportement jusque là inédit, souligne le journal, dans cette ville du Maghreb de 71 000 habitants qui compte 50% de musulmans. 

Pays