Connexion

Syndicate content

Berlin, c’est le pied… pour les piétons

samedi, 23 juillet, 2011 - 15:38

Berlin veut lutter contre l’insécurité routière… des piétons. D’ici 2016, les Berlinois devraient gagner en qualité de vie notamment grâce aux "Shared-Space", des espaces communs aux voitures, aux vélos et aux piétons. Cette invention néerlandaise est déjà expérimentée au niveau européen.

Les Parisiens marchent plus vite que les Berlinois? C’est faux, une étude du Professeur Richard Wiseman, de l’Université britannique d’Hertfordshine, a chronométré les passants de 32 villes sur 20 mètres. Le résultat va a l’encontre des préjugés: Berlin est la septième ville où les piétons avancent du pas le plus rapide, devant New-York, Londres et Paris qui n’est qu’à la seizième place. Selon le chercheur, "cette simple mesure renseigne sur la santé corporelle et sociale de la ville".

Avec la "Stratégie pour la circulation des piétons" présentée le 20 juillet par le Sénat de la capitale allemande, les marcheurs berlinois vont pouvoir prendre leur temps. La Sénatrice pour le développement de la ville l’a dit:

Berlin doit devenir encore plus "piétons-friendly".

N’en déplaise aux 1,3 millions d’automobilistes.

Sécurité avant tout

L’objectif du nouveau dispositif est de réduire de 20% les accidents de piétons d’ici cinq ans. En effet, la police rapportait qu’en 2010, 2 348 berlinois ont été renversés par des voitures et 24 victimes d'accidents mortels. La moitié de ces accidents serait dû à une "mésestimation des automobiles" de la part des passants.

Ainsi, dans la lignée d’Hambourg, Berlin va bientôt avoir de nouveaux feux de signalisation, tricolores, pour piétons dans trois zones stratégiques de la ville.

Mode d’emploi: l’orange clignotera avant de passer au rouge afin de décourager des passants trop pressés. Plus surprenant, lorsque le feu sera vert, un compte à rebours indiquera au piéton de combien de temps il dispose avant de devoir laisser la chaussée aux voitures et deux roues en tout genre.

Améliorer la qualité de vie des… touristes

En plus de cet objectif premier de sécurité, la "Stratégie" vise à améliorer la mobilité de tous et par conséquent à "favoriser l’intégration des enfants, séniors et handicapés dans la vie de la ville".

Pour cela, la ville devrait engager des travaux afin de déniveler l’ensemble des trottoirs au niveau des carrefours et des bateaux afin que fauteuils roulants et poussettes puissent traverser les rues sans encombre.

Et parce que Berlin assume de plus en plus son statut de ville européenne très appréciée des touristes, toujours plus nombreux chaque année, la municipalité veut créer un environnement accueillant pour ses visiteurs. Le secteur du tourisme représente aujourd’hui 225 000 emplois dans la capitale allemande.

Ainsi, la "Stratégie" vise également à "favoriser un important secteur d’activité pour Berlin [d'autant que] les touristes sont pour la plupart piétons". D’ailleurs, comme le déclarait Christian Tänzler, de l’office du tourisme, au quotidien Taggeszeitung: "Pour les touristes, Berlin est accueillante pour les piétons, les mesures prises collent donc avec l’image de la ville".

Partager l'espace

L’autre grand volet de la Stratégie est l’instauration de trois "shared-space" à des endroits très touristiques de la ville: le Checkpoint Charlie, la Bergmannstrasse et une partie de Charlottenburg. Pensé par le Néerlandais Hans Monderman dans les années 90, ces zones mettent fin à la ségrégation entre les modes de transports. Ainsi, sur une même surface roulent les voitures et les vélos et marchent les passants.

Selon Hans Monderman,

les shared-space donnent aux personnes la responsabilité de savoir comment leur espace public va évoluer et comment ils vont s’y comporter.

D’ailleurs, à l’intérieur de ces espaces, les feux de signalisation n’existent pas, les usagers font eux-mêmes la circulation. En suivant certaines règles bien sûr: ainsi, à Berlin, les voitures ne pourront rouler plus vite que 20 km/h et devront laisser passer les piétons à tout moment.

Berlin, qui a pourtant une renommée d’avant-gardiste, n’innove pas en ce qui concerne les shared-space. En effet, le "programme régional de la mer du Nord", un programme du Fond européen de développement régional, avait lancé en 2003 sept projets pilotes en Belgique, au Danemark, aux Pays-Bas et au Royaume-Uni.

Superflu ?

La mise en place de la Stratégie dépend du scrutin de septembre étant donné que les Berlinois vont devoir élire un nouveau maire. Si le SPD est très pressé et désire lancer les projets pilotes dès l’automne afin d’avoir des effets probants rapidement, la CDU s’est exprimé contre ces mesures.

En effet, l’expert des transports de l’Union Chrétienne-Démocrate, Oliver Friederici, a déclaré qu’en ville, "les zones de limitation de vitesse à 30km/h étaient déjà superflues à beaucoup d’endroits, aussi vouloir instaurer des zones à 20km/h, c’est absurde".

Cependant, la probabilité que la CDU arrive au pouvoir à Berlin en septembre étant minime, la capitale allemande va passer la vitesse supérieure pour la protection et la qualité de vie de ses piétons. Ces derniers vont devoir par la même occasion dire adieu aux Ampelmann, symboles de l’ex-Allemagne de l’Est qui ont régulé la circulation des passants est-Berlinois dès 1961.




Pays