Connexion

Syndicate content

Emmanuel Petit : « Le football est pris en otage par les financiers »

jeudi, 25 août, 2011 - 12:59

L'ancien champion du monde n'a rien perdu de sa grande gueule. Parrain de la 9ème édition de la Coupe du monde des sans-abris (jusqu'au 28 août, à Paris), Emmanuel Petit brocarde les dérives du foot-business et réclame l'instauration d'un "fair-play financier". Interview.

Pourquoi avez-vous choisi de parrainer la Coupe du monde de football des personnes sans-abris.

La réponse est dans le nom de la compétition. "Coupe du monde de football", en tant que champion du monde, je suis à ma place. "Personne sans-abris", en tant qu'être humain sensible, je pense être aussi à ma place. Cette compétition concerne les personnes les plus démunies. J'avoue que lorsque l'on m'a proposé de parrainer évènement, j'ai d'abord été sceptique, je ne voyais pas bien la corrélation qu'il pouvait y avoir entre un sans-abri et un ballon de football. Puis, je suis allé vers eux et j'ai senti l'effet bénéfique qu'avait le football pour ces personnes: entretenir des relations sociales, respecter les autres, se respecter soi même… J'ai pris conscience de l'impact social du football pour ces gens.

Pourtant cette compétition ne semble être qu'une parenthèse dans la vie de ces personnes…

Je ne suis pas d'accord. Il y a une réelle préparation pour les participants en amont. Les joueurs de léquipe de France s'entraînent depuis le mois de février, ils ont composé un groupe avec des exigences et de la précision dans leurs objectifs. Il y a des projets de réinsertions pour eux. Peut-être que pour les médias, la Coupe du monde des sans-abris ne durent qu'une semaine ; pour les principaux concernés elle s'inscrit dans le long terme.

Les joueurs de football espagnols ont fait grève pour protester contre  les salaires impayés qui touchent de plus en plus de clubs. Qu'en pensez-vous?

Je me réjouis de cette grève. Vous ne pouvez pas savoir à quel point j'ai envie que le système se casse la gueule ! Et si le premier Domino à tomber, c'est l'Espagne, tant mieux ! Le Real Madrid et le Barça font parti des clubs les plus endettés du monde ! Ça ne peut plus durer. Personne n'était obligé de proposer des contrats aussi juteux aux joueurs. Personne ne leur a mis un flingue sur la tempe pour qu'ils signent.

Nous sommes en train d'arriver à une destruction d'un monde mis en place par des hommes d'affaires. Je ne parle pas des joueurs. Nous, les joueurs, nous ne sommes que des pions, une vitrine. Beaucoup de personnes les incriminent à cause des sommes astronomiques qu'ils gagnent, mais ceux-là ne représentent que 10% de la profession. Le reste, ce sont des personnes qui se lèvent le matin, qui vont travailler et qui gagnent leur vie comme tout le monde et personne ne leur demande leur avis. Ce sont ces joueurs-là qui font grève et ils ont raison.

Pourquoi le football reste-t-il populaire ?

Le foot est dans une situation paradoxale. Il fait rêver les gens autant qu'il les dégoûtent.

Vous êtes pessimiste…

Ce que je dénonce ici, je le dénonce depuis que j'ai 18 ans. La grève des joueurs espagnols prouve que j'ai raison. Les comportements anti-sportifs, comme celui de l'équipe de France en Afrique du Sud aussi. L'administration de ce sport n'a plus aucune valeur. Ni sportive, ni morale. Elle ne voit le football que sous un angle financier. Si le système ne se restructure pas, je ne lui donne pas plus de 4 ans à vivre. Il s'auto-détruira. Sur ce tas de cendres renaîtra un nouvel empire.

Que proposez-vous pour repartir de de nouvelles bases ?

Instaurer du Fair-play financier*. Il faut des lois qui régulent la finance du sport. Le président de l'UEFA, Michel Platini a fait des propositions* sur ce sujet. Je suis d'accord avec lui. Le problème étant que du législateur jusqu'au Présidents de club, le système est verrouillé.

Que pensez-vous du fait que les Coupes du monde 2018 et 2022 se dérouleront en Russie et au Qatar ?

C'est une illustration de ce que je viens de dire. Les personnes qui gèrent la FIFA ne sont pas des sportifs mais des financiers. Ces personnes ont raisonné en terme de marchés. La Russie est un pays qui se construit, un pays qui a besoin de booster son économie. Il faudra construire des stades et des autoroutes. Ne vous leurrez, pas ces marchés seront attribués à des entreprises européennes ou américaines, pas à des entreprises russes.

C'est la même chose pour le Qatar. Je ne vois pas quelle légitimité a le Qatar pour organiser une coupe du monde. Jouer un match sous 50°, c'est impossible aussi bien pour les joueurs que pour les spectateurs ! Quand ils s'en sont rendu compte, ils voulaient déplacer l'événement en hiver, sauf que les Jeux Olympiques d'Hiver sont organisés en même temps, avec les mêmes sponsors. Vous voyez bien que ce petit monde marche sur la tête, ils décident et ensuite ils réfléchissent. Le monde du football est tenu en otage par les financiers et il court à sa perte.


*Il s'agit de contraindre les clubs à ne pas vivre au-dessus de leurs moyens. En cas de non-respect des règles – adoptées en 2010 -, une équipe pourrait être interdite de s'aligner dans une compétition européenne organisée par l'UEFA.




Pays