Connexion

Syndicate content

A la Goutte d’Or: « Depuis le 11 septembre, Islam = terrorisme »

vendredi, 9 septembre, 2011 - 12:40

Dix ans après, des musulmans de la Goutte d’or à Paris nous parlent de l’impact du 11 septembre sur leurs vies. Les attentats aux Etats-Unis apparaissent comme un catalyseur des problèmes d’intégration qui ne se sont pas atténués depuis.

Aux Etats-Unis dans les années 1990, l'intégration des musulmans n'était pas un problème. Les attentats du 11 septembre ont tout changé. L'amalgame entre Islam et terrorisme a mis à mal le melting pot des cultures et religions. Mais, au fil du temps, les tensions et la méfiance se sont estompées, selon une vidéo du collectif américain Visible présentée actuellement au 6ème Festival des cultures d’Islam à l’Institut du même nom (ICI), dans le XVIIIème arrondissement de Paris (*).

Peu nombreux sont, en revanche, les musulmans du quartier de la Goutte d’Or qui disent avoir senti un brusque changement dans leur vie à la suite du 11 septembre. Les commerçants ne sont pas intéressés par la question, et préfèrent comme Ahmed évoquer leur théorie politique: 

Les gouvernements américains et français ont tout inventé ! "

L’avis est expéditif, mais bien représentatif de l’agacement que les musulmans du quartier ont gardé de l’événement. "Le 11 septembre ce n’est pas nous, c’était aux Etats-Unis !" Yassine, 27 ans, nerveux mais souriant, et Farid, 28 ans, sérieux et joufflu, sont sur la défensive sur le sujet.

Après, on a confondu musulmans et terrorisme

Le premier recherche un emploi après l’incendie qui a détruit le magasin de décoration d’intérieur où il travaillait, le second tient une boucherie halal rue de Suez. Nés en France, ils sont peu portés sur la religion et n’en sont que plus détachés de l'attaque des Twin Towers.

Une partie des Français a toujours été raciste, le 11 septembre n’a donc pas changé grand-chose",

estime Yassine, avant de nuancer : "Après les attentats, les gens ont confondu musulmans et terrorisme, alors que ce sont juste des fanatiques qui détournent les textes religieux qui ont fait le coup".

Il ne s’est pas senti davantage menacé, et pour une bonne raison : "Je reste avec les miens, dans ce quartier où je me sens bien". A quelques pas de là, devant la mosquée de la rue Myrha, Omar soutient de sa voix tranquille mais déterminée :

Ces dernières années, on a senti que les Français ne veulent pas que l’Islam grandisse trop dans leur pays. Il n’y a qu’à voir l’action locale des autorités qui interdisent les prières de rue alors que la taille de notre mosquée n’est pas suffisante…"

Le regard sur les musulmans s'est durci

Les attentats du 11 septembre ont eu des conséquences moins directes, mais peut-être plus durables en France qu’aux Etats-Unis en ce qui concerne la communauté musulmane.

"Au lendemain du 11 septembre aux Etats-Unis, il y a eu des arrestations avec délits de faciès, mais ça s’est vite calmé", assure David Régnier, responsable de la communication à l’ICI.

Aujourd’hui à New-York, la cohabitation des cultures se passe correctement et d’ici 10 ou 20 ans les musulmans seront une communauté comme les autres. En France, c’est tellement plus crispé et compliqué ! C’est sûrement dû notre passé colonial. Il y a le sentiment parmi les musulmans de France qu’au nom du terrorisme et plutôt que de s’y attaquer directement, les gouvernements français ont voté des lois pour occuper le terrain face à l’islam. Le regard sur les musulmans s’est durci, et le regard provenant des musulmans français s’est durci en réponse".

Plus qu’un grand chamboulement, le 11 septembre a donc été un catalyseur des dysfonctionnements de cohabitation des cultures en France. Les problèmes que connaissent les jeunes musulmans restent les mêmes : chômage et difficulté d’intégration. A l’ouverture de l’exposition de l’ICI , le 6 septembre, les jeunes du quartier étaient enthousiastes.

David Régnier veut croire qu'ils "ont simplement pris conscience, par l’action militante des musulmans américains à la suite du 11 septembre, qu’ils n’étaient pas les seuls à parfois ne pas se sentir à leur place".


(*) 6ème Festival des Cultures d'Islam du 7 au 17 septembre à l'Institut des Cultures d'Islam, 19-23 rue Léon, 75018, Paris.




Pays