Connexion

Syndicate content

Au Royaume-Uni, mieux vaut avancer masqué

mercredi, 14 septembre, 2011 - 10:28

Surpris, le gouvernement Cameron en flagrant délit de marketing électoral. Révélé, le plan de bataille des syndicats britanniques pour faire éclater une grève générale égale à celle de 1978. Deux objectifs différents, une même méthode: le secret.

Ça complote sévère dans les travées du pouvoir britannique. Deux documents stratégiques ont été révélés coup sur coup par le Guardian et le Daily Telegraph. L’un dévoile, en des termes explicites, les moyens que le gouvernement Cameron entend déployer pour (re)conquérir certaines clientèles électorales.

L’autre expose la volonté des syndicats de Sa Majesté de pousser à un mouvement social d’une ampleur égale au "winter of discontent" (hiver du mécontentement) de 1978, qui bloqua le Royaume-Uni durant plusieurs mois.

Ce que pensent les femmes

Le document de travail interne au 10, Downing Street, publié par le Guardian, révèle l’anxiété grandissante de la coalition à l’idée qu’elle pourrait ne pas devenir comme promis "le gouvernement le plus proche des familles de l’histoire". Ce que tendent à prouver les sondages. Dans l’esprit des "spins doctors" qui dit famille, dit mère de famille. Une clientèle électorale clé qu’il convient par conséquent de choyer, après une série de réformes supposément impopulaires chez les femmes (augmentation des droits d’inscription à l’université, refonte des allocations, etc.).

Nous sommes clairs sur le fait qu’il y a un certain nombre de politiques que nous avons menées qui sont perçues comme ayant frappé les femmes, ou leurs intérêts, de manière disproportionnée."

note le document de quatre pages, estampillé "confidentiel – politique".

Les services internes au gouvernement reprennent donc à leur compte les critiques émises par le Labour, qui accuse le programme économique de Downing Street de frapper plus durement les femmes.

Une communication calibrée, accompagnée d’une série de mesures ciblées, est donc en gestation. L’occasion d’effacer par ailleurs l’image sexiste qu’a véhiculé David Cameron à plusieurs reprises, comme lorsqu’il harangua une députée conservatrice à la Chambre des Communes la semaine dernière, lui envoyant : "Calm down, dear" ("Calmez-vous, ma petite dame").

"Les troupes prêtes à gronder"

Autre plan machiavélique, celui des trois grandes centrales syndicales britanniques (unions) GMB, Unite et Unison, qui se verraient bien tourner un "joue-là comme en 1978". A l’époque, le "winter of discontent" frappa durant plusieurs mois le gouvernement travailliste de James Callaghan pour sa politique d’austérité, avec pour résultat le blocage du pays durant plusieurs mois.

Autre politique d’austérité, mêmes méthodes. Le Telegraph révèle que l’idée de frapper a germée lorsque l’actuel patron du Labour, Ed Miliband, a critiqué l'idée d'une grève émise par les syndicats pour soutenir les retraites. Les dernières négociations avec le gouvernement ont en effet échoué jeudi dernier. Une réunion secrète s’est alors tenue, afin de dessiner la carte des manifestations et les "endroits cibles". L’objectif étant de faire démarrer le mouvement en novembre et de le porter jusqu’à l’été prochain.

Une menace qui, outre-Manche, a de quoi effrayer le pouvoir : ces syndicats pèsent à eux trois 3,4 millions d’adhérents. Sous couvert d’anonymat, un dirigeant syndical a déclaré:

Ca sera une bataille. […] Les troupes sont prêtes à gronder."




Pays