Connexion

Syndicate content

À la recherche de la nouvelle star de la politique

mercredi, 28 septembre, 2011 - 15:17

Le Labour britannique s’enthousiasme pour Rory Weal, 16 ans et auteur d’un vibrant discours lors d’une conférence du parti. Une "rising star" de la politique que beaucoup imaginent déjà au 10, Downing street. Mais les exemples d’hommes politiques européens ayant tracé très jeune leur voie vers le succès sont-ils si nombreux ?

Costume flottant, cravate mal ajustée, cheveux gras, bouille juvénile, mais aplomb inébranlable et verbe fleuve. Rory Weal, 16 ans, a, l’espace d’un discours, électrisé autant qu’interpellé les militants travaillistes présents à la conférence du Labour, lundi, à Londres.

Que venait-il donc faire là sur l’estrade, aux côtés d’Ed Miliband, avec son discours au pathos calibré sur sa famille sauvée de la misère par l’Etat-providence ?

Qu’importe, la stratégie de communication du Labour a fonctionné à plein. Rory Weal "fait le buzz" et certains lui prédisent déjà un bail au 10, Downing street.

D’autres mettent en avant la "jurisprudence" Justin Hinchcliffe, du nom de ce militant conservateur qui, en 1996, alors âgé de 14 ans seulement, conseillait aux SDF de pêcher leur nourriture dans la Tamise tout en se gavant lui-même de rêves de grandeur, et qui n’en finit plus aujourd’hui de regretter ses déclarations du bas de sa tâche d’homme à tout faire de la section locale du parti à Tottenham.

A l’inverse, l’intervention de Rory Weal n’a aussi pas manqué de provoquer des comparaisons avec William Hague, l’actuel ministre des Affaires étrangères. Ce dernier s’était en effet fait connaître par un discours remarqué lors d’une conférence du parti conservateur. C’était en 1977, il avait 16 ans et une belle implantation capillaire. Margaret Thatcher en fut toute émoustillée, comme le montre cette vidéo:

 

Une réussite (et une implantation capillaire) qui n’est pas sans en rappeler une autre.

A 23 ans, Nicolas Sakorzy acheva avec ce discours de convaincre Jacques Chirac de son talent (et de son ambition débordante). Charles Pasqua ne mit pas longtemps à en faire les frais cinq ans plus tard, en se faisant voler sous son nez la mairie de Neuilly-sur-Seine.

Mais pour un Hague ou un Sarkozy, nombreuses sont les "rising stars" de la politique repérées lors de meetings à s’évanouir telles des étoiles filantes. Mieux vaut grimper à l’abri des regards, via l’appareil du parti ou la conquête d’un mandat local.

Chaque législature ou gouvernement voit poindre son "benjamin", mais en Europe, rares sont les exemples d’impétrants à s’imposer sur le devant de la scène. En voici quelques uns. (N’hésitez pas à nous signaler dans les commentaires d'autres exemples).

Laurent Fabius, Premier ministre à 38 ans

C’est là son fait d’arme majeur – à son grand regret – qui en fait l'un des chefs de gouvernement les plus jeunes de l’histoire européenne récente. Passé par le jeu des cabinets ministériels, d’aucuns lui prédisaient un destin présidentiel. Lui aussi. Dès ses 23 ans, il n’hésitait pas à jouer les jeunes premiers devant Pierre Bellemare.

François Baroin, benjamin en titre

Plus jeune député à 28 ans en 1993, plus jeune ministre à 30 ans, maire de Troyes depuis déjà 16 ans – alors qu’il n’en a que 46 – François Baroin, aujourd'hui ministre de l'Economie et des Finances, accumule les ceintures de benjamin. Elevé au grain par Jacques Chirac, il aura su mettre à profit une tête bien faite et les réseaux de son père, Michel, haut-fonctionnaire et grand maître du Grand Orient de France. Un papa à qui l’on consent même une interview en caleçon.

Michael Adam, maire contre toute attente

A 23 ans, il fut le plus jeune "bourgmestre" [maire] d’Allemagne élu en 2008, à Bodenmais, coquet village de Bavière. Membre du parti social-démocrate, protestant et homosexuel, son profil ne correspondait pourtant pas en apparence à cette région catholique, conservatrice et traditionnelle.

José Luis Zapatero, député à 26 ans

Député à 26 ans, président du Conseil à 44 ans, futur retraité à 51 ans. Tout est allé vite pour celui que personne ne voyait venir.

Mais il y a plus difficile qu'être une étoile montante de la politique: être l'enfant d'une étoile déclinante et cultiver soi-même des ambitions. Pas besoin de se cacher derrière ses lunettes ou un air juvénile, vous êtes d'ores et déjà flashé:


Jean Sarkozy au JT de 20h sur France 2 – Epad
par made-92


Pays