Connexion

Syndicate content

Dana Scallon, de l’Eurovision à la présidentielle irlandaise

mardi, 25 octobre, 2011 - 10:13

Les Irlandais élisent jeudi 27 octobre leur président de la République. La fonction est symbolique, mais ce vote, pour une fois, passionne. La perte de souveraineté économique durant la crise est toujours très mal vécue par les Irlandais. Parmi les sept candidats, trois ont un profil atypique: Martin McGuinness est un ancien dirigeant de l'IRA ; le sénateur David Norris est homosexuel et un militant actif des droits de la communauté gay. Dana Rosemary Scallon se présente, elle, pour la deuxième fois. Ancienne gagnante de l'Eurovision et vedette de la chanson "pop-catholique conservatrice", elle reste à la traîne dans les sondages en dépit de sa popularité. Portrait.

Tract à la main et sourire aux lèvres, Dana Scallon, que la plupart des électeurs irlandais appellent par son prénom, sillonne le pays pour faire campagne, sa deuxième campagne présidentielle. Sa notoriété est un avantage.

Sur son chemin, il n'est pas rare d'entendre des gens fredonner une chanson qui date de plus de 30 ans: celle qui avait fait gagner le concours de l'Eurovision à l'Irlande, en 1970, "All Kinds of Everything". Une chanson qui a été reprise des années plus tard par la chanteuse Irlandaise Sinead O'Connor, mais a également été traduite en allemand, en hollandais et en espagnol.

Mais Dana Scallon est très loin de la Cicciolina, cette actrice de films pornographique engagée en politique aux côté des Verts italiens, en 1979. Même si, à 60 ans, sa carrière de chanteuse n'est pas terminée – elle était encore récemment jury d'une émission type "Nouvelle Star" -, elle ne se définit pas comme une people qui fait de la politique. Et met en avant son mandat de députée européenne entre 1999 et 2004.

Ma notoriété m'a permis d'être proche des gens, et ils me demandaient parfois de prendre la parole pour eux, car ils ne se sentaient pas écouter par les autres personnalités politiques. Alors j'ai décidé d'agir comme je le pouvais.

C'est comme cela que, "tout simplement", Dana est passée de chanteuse à candidate à la présidentielle. Malgré toute cette bonne volonté, lors des différents débats auxquels elle a participé, elle montre une certaine faiblesse dans ses propositions, face à des politiques "de formation". Une faiblesse qu'elle pense compenser par sa sincérité.

Contre l'avortement et le mariage homosexuel

Bien que le rôle de président de la République soit avant tout symbolique et représentatif, une partie de la population irlandaise ne prend pas Dana au sérieux, jugeant sa candidature est "sans espoir" et sa voix politique n'est pas suffisante pour sortir le pays de sa situation de crise.

Pourtant, ses supporters la suivent sans relâche, et c'est bien son programme politique qu'ils mettent en avant – même s'ils se plaisent à rappeler la notoriété internationale de leur pop-star de championne.

Quand on lui rappelle sa position en queue de peloton dans les sondages, Dana Scallon élude la question. "Je ne les regarde pas. Lorsque j'ai été élue députée, les sondages me donnaient perdante, alors j'ai arrêté d'y prêter attention". Dans ses rangs, les médias sont pointés du doigt. Ils fabriqueraient les sondages de toute pièce pour faire voter en masse pour un candidat. Dans son camp, on va même jusqu'à prétendre qu'elle serait victime de discrimination en raison de ses croyances religieuses.

Catholique conservatrice, Dana Scallon est clairement contre l'avortement, le mariage homosexuel. Elle se dit "fatiguée de se voir toujours interrogée sur ces questions, alors que ces adversaires ne le sont pas".

En 1997, Dana crée la surprise

Fidèle à cette image, le programme de Dana se décline en deux thèmes principaux et très traditionnels: la famille et le respect de la Constitution, qui donne notamment le "droit à la vie" aux "non-nées" et interdit de fait le droit le droit à l'avortement.

Pour beaucoup d'Irlandais, et plus encore dans les rangs des supporters de Dana Scallon, le texte fondateur de la République représente le dernier rempart en ces temps de crise.

La famille est la pierre angulaire de la société, elle fait partie de tous les autres aspects de la vie d'un pays. L'économie est aussi une question familiale. Qui tient les boutiques, se lance dans les affaires, consomme ? Les gouvernements et les peuples ne peuvent pas survivre sans les familles, et elles ont été laissées de côté pendant trop longtemps,

explique John Donohue, un supporter, qui tracte à ces côtés durant cette campagne.

Lors de la campagne de 1997, Dana avait étonné en arrivant en troisième position.

Même pour le poste de président de la République, les électeurs devront faire leur choix entre 3All Kinds of Everything" (toutes sortes de choses), en terme de candidats.




Pays