Connexion

Syndicate content

Tipi ou château de neige: voyages insolites en Europe

lundi, 19 septembre, 2011 - 11:34

A la Toussaint, on songe déjà à préparer ses futurs voyages. Pour sortir des sentiers battus, pourquoi ne pas passer une nuit dans un hôtel-igloo de Finlande ? Ou, au printemps prochain, dormir dans une yourte... au Portugal ou encore dans une maison troglodyte d'Andalousie ?

Finlande: -10° dans la chambre !

Kemi, c’est le Grand Nord. Cette ville finlandaise de 22 000 habitants se situe au fond du golfe de Botnie, bras de mer Baltique séparant la Suède de la Finlande, juste au-dessous du Cercle Polaire. Bref, il s’agit de Laponie du Sud… ce qui n’empêche pas le thermomètre de plonger à des – 30, – 40 au cours des hivers longs et sombres observés là-haut.

Dans la foulée Kemi se devait de se faire son village d’igloos durant la saison froide. Finalement, les gens de Kemi ont opté pour un "Château de Neige". Le premier datant de 1996, 2012 marque le 16ème anniversaire de ce mode d’hébergement plutôt "roots". Le Château de Neige de Kemi a la forme et les dimensions d’un authentique château. Selon l’année l’édifice compte deux ou trois étages, un restaurant, un hôtel et de nombreuses salles de jeux pour les enfants, ainsi qu’une galerie d’art.

Ouvert de fin janvier à début avril le "Château" reçoit environ 50.000 visiteurs par an, les plus courageux étant les hôtes y passant la nuit. Car même sous les nombreuses peaux de renne fournies (romantique à souhait), il ne fait pas bon sortir de dessous la couette: à l’extérieur la température oscille entre – 5° et – 10°. Tout le monde sait que "dormir à la fraîche" améliore la qualité du sommeil, mais là on frôle l’hypothermie.

Heureusement qu’il y a un magnifique restaurant dont la large variété de délices lapons proposés permet de stocker les calories nécessaires. Avantage non-négligeable, la porte du "Château" s’ouvre sur le centre-ville de Kemi, ce qui permet un rapatriement rapide vers un quelconque hôtel, plus normal. Il vous en coûtera de 145 à 175 euros la nuit.

Dormir dans une yourte: destination Portugal

Le "glamping", ce mot pas très joli regroupe pourtant un concept de vacances très tendance et qui associe camping et glamour. L’idée est de proposer un tourisme écolo-chic, en vivant en pleine nature, sous la tente, mais en garantissant un bon niveau de confort. On surfe sur la vague "hippie – new-age", revisitée "vacances responsables".

Au Portugal, les offres se multiplient et se diversifient: on en recense une quinzaine, contre 30 en France, un territoire cinq fois plus grand. De la yourte mongolienne aux tippies "américains", en passant par la tente de l’armée ou la roulotte gitane, le grand avantage du "glamping" portugais est de permettre de passer la nuit au "milieu de nulle part", dans des endroits préservés, ou l’usage de l’eau et de l’électricité obligent à adopter des attitudes très "éco-amicales".

La récompense c’est le bonheur d’admirer les étoiles par l’ouverture de la yourte et d’être réveillés par le chant des oiseaux. Les deux yourtes du lac Cabril au centre du Portugal sont à 20 mètres d’un lac de barrage dans un environnement protégé pour un séjour très nature. En Algarve dans le sud, l’ecolodge de Brejeira cultive l’authenticité et dispose d’une yourte, d’une roulotte et même d’un ancien camion de pompier. L’ambiance y est champêtre et simple. Dans un registre différent, les yourtes de l’éco resort de Vale Rossim dans la Serra de Estrela, sont plantées au bord d’un lac à 1400 mètres d’altitude, et offrent des conditions proches de celles vécues en Mongolie.

Espagne: mes vacances dans une grotte

Il y a cinq cents ans, les habitants de la région de Guadix, fraîchement tombée sous l’autorité des Catholiques en Espagne, ont investi les collines argileuses des environs pour y creuser leurs maisons. Cinq siècles plus tard, les visiteurs sont envoûtés par les paysages insolites d’ocres paysages ondulants coiffés de dizaines de cheminées d’un blanc lumineux. Les maisons troglodytes de Guadix constituent désormais l’un des attraits touristiques de cette région d’Andalousie, au sud de l’Espagne.

A tel point que ces dernières années, les offres touristiques pullulent. Cette antique maison "du pauvre" pourrait bien faire la fortune des descendants de la famille. C’est le cas de José et Belén, qui ont restauré la ferme troglodyte de leur grand-père José, construite il y a deux cents ans, en complexe touristique composé de neuf appartements.

La ferme a toujours appartenu à la famille. Mon père est né et a grandi ici. Ma sœur et moi avons vécu ailleurs mais depuis le lancement du projet, je me suis à mon tour installé dans la ferme,

raconte José.

Depuis 2006, les Cuevas Abuelo José ont ouvert leurs portes aux touristes venus de toute l’Europe en quête de tranquillité au pied de la Sierra Nevada.

Les principaux avantages de ce genre de séjour sont, outre l’environnement rural, la tranquillité et la fraîcheur. Il a beau faire 40 degrés dehors, la température avoisine toujours les 20 degrés à l’intérieur,

décrit José. Que les claustrophobes se rassurent:

les grottes ont été modernisées. Autrefois, ces maisons s’enfonçaient très loin dans la roche, avec les chambres construites en enfilades. Aujourd’hui, toutes les chambres disposent de fenêtres. En plus, les machines permettent de rehausser les plafonds qui étaient bas à l’époque où on creusait la roche à la main.


Pays