Connexion

Syndicate content

Occupons la Défense : les Indignés français en marche

lundi, 7 novembre, 2011 - 11:14

myeurop avec  

owni2@myeurop.info

Depuis vendredi soir, le quartier d'affaires parisien de La Défense est occupé par les Indignés français. Reprenant les modèles des Indignados et de l'occupation de Wall Street, les manifestants tentent d'organiser un campement au milieu des tours de bureaux. Ce matin, ils étaient toujours présents sur les lieux, fatigués mais motivés. Récit d'une occupation.  

Samedi soir à Paris, quelques Indignés bravaient encore les limites fixées par la Préfecture de police. Ils continuaient à occuper La Défense, quartier d’affaires de l’Ouest parisien siège de plusieurs grands groupes du CAC 40, et symbole des dérives de la finance selon les occupants. La manifestation était autorisée par la Préfecture jusqu’à 21 heures vendredi soir, mais certains irréductibles comptent y rester plus longtemps et y installer un camp sur le modèle du mouvement Occupy Wall Street, lancé le 17 septembre outre-atlantique.

La Défense occupée

17h35, vendredi. Sur l’escalier de l’Arche de La Défense, Jean-Jacques annonce au mégaphone :

Occupons La Défense vient de commencer".

Applaudissements et sourires lui répondent dans l’assemblée, un petit millier de personnes réunies pour protester contre le capitalisme en général et ses dérives financières en particulier. Le rassemblement n’occupe qu’une maigre part de l’immense esplanade, sous le regard des tours GDF-Suez, SFR, Areva, EDF et Cœur Défense. Un symbole sur lequel ironise un homme, la cinquantaine, à la nuit tombée. Désignant la tour GDF, il plaisante : "Ils parlent d’économies d’énergie et regarde toutes ces lumières qui restent allumées !"

L’ambiance est détendue. A la tribune, l’un des organisateurs intervient :

Selon une rumeur, la préfecture a demandé aux personnes qui travaillent à La Défense de partir plus tôt ce soir. Si c’est vrai, nous aurons au moins réussi à leur faire perdre quelques centaines de milliers d’euros, et ce n’est pas si mal !"

Concert de rires et agitations des mains en signe de satisfaction.

Tribune libre

L’assemblée générale populaire est régie par les codes usuels des mouvements alters : agiter les mains pour signifier son approbation, mimer une roue pour demander à un intervenant d’abréger son propos, croiser les bras pour exprimer sa forte désapprobation, signe qui entraine forcément une justification à la tribune. Se succèdent interventions galvanisantes et analyses économiques et politiques : "Lisez les travaux d’Arrow, le prix Nobel d’économie en 1972, sur la démocratie. Il a prouvé que la démocratie, le vote, tout ça ne pouvaient pas fonctionner. Par contre, le collectif, oui !", lance un homme d’une trentaine d’année, apôtre de l’autogestion et de la prise de décision par consensus. Un autre, cheveux longs, allure christique, prêche : "Nous sommes les lumières, nous devons éclairer ce monde !"

Isabelle, 45 ans, regrette que le rassemblement ne soit pas plus festif sur le modèle du mouvement Indignados à Madrid auquel elle a participé :

A Paris, les participants pensent qu’un rassemblement festif ne peut pas être pris au sérieux. C’est dommage. On a du mal à casser le silence alors qu’on pense tous la même chose".

Tout en parlant, elle jette un œil aux feuilles disposées sur une petite table devant elle. Un peu en retrait de la tribune, des ateliers créatifs ont été mis en place.

"Qu’est-ce qui vous fait battre le cœur ?" interroge une grande affiche que reprend en chantant un groupe de jeunes. "Mes enfants, la révolution, ma copine" ont écrit des passants. "L’argent" découvre le groupe, un peu étonné. L’objectif était d’attirer un public plus large que les militants habituels expliquait, deux jours avant le lancement, Nico, très impliqué dans le mouvement. Un objectif partiellement atteint, mais la masse n’est pas au rendez-vous vendredi soir.

Jean-Jacques, professeur de psychologie à Paris Diderot et HEC, avance plusieurs pistes pour expliquer le succès très mitigé :

La Défense n’est pas l’endroit idéal. C’est loin du centre et pas très convivial. La situation socio-économique n’est pas encore dramatique à la différence de l’Espagne par exemple. Et puis, il y a le poids de la pensée unique, diffusée par TF1 et d’autres".

Certains aspects tiennent selon lui à la nature même du mouvement Indigné en France : "Le mouvement n’est pas guidé par un seul groupe ce qui rend la médiatisation complexe. Et puis, en France, une importante structure syndicale existe, elle entraine une atomisation des luttes. Beaucoup croient encore au pouvoir des urnes. Mais on sait bien que Hollande ne changera rien…" explique-t-il sans perdre le sourire. Une jeune, le visage maquillé de blanc et le nez peint en rouge, l’interrompt pour lui proposer une stratégie à mettre en place contre l’intervention de la police.

Rêver à ciel ouvert

L’autorisation de manifester arrive à échéance à 21 heures. Déjà, vers 18h, un petit groupe de gendarmes avaient fait deux interventions pour confisquer les tentes tout juste déployées. Les manifestants avaient répondu d’abord par des chants et slogans pacifistes "El pueblo unido jamás será vencido","On l’appelle démocratie et c’est comme ça", puis plus provocateurs "Police partout, justice nulle part". A la tribune, un orateur s’en désolait :

Nous n’avons pas le droit de rêver à ciel ouvert".

A 21h30, les gendarmes mobiles, la police et des agents en civil se mettent en place. Quelques centaines de manifestants se regroupent autour des tentes, s’agrippent les uns aux autres. Pendant plusieurs heures, les forces de l’ordre chargent, extirpent une tente ou deux, parfois un manifestant, et reculent. Deux blessés légers sont évacués. Visiblement rompus aux méthodes de résistance non-violente, une centaine y a passé la nuit, d’autres sont revenus, hier samedi, moins nombreux que la veille. Les Indignés tiennent.

 

Pour en savoir plus sur Occupons la Défense, minute par minute, c'est ici.


Article initialement publié sur Owni.fr sous le titre : Une Défense occupée


Pays