Connexion

Syndicate content

Allemagne: la sexualité à bras-le-corps

lundi, 14 novembre, 2011 - 15:24

On ne badine pasavec l'éducation sexuelle: en mars 2011, une mère de famille a été condamnée à plus d’un mois de prison ferme pour avoir refusé que ses enfants suivent ces cours.

L’éducation sexuelle en Allemagne est un phénomène de société qui remonte aux années 1960 et traduit une séparation en deux camps: les adeptes de la FKK (Frei Körper Kultur), un mouvement nudiste et libertaire, et une partie plus traditionnelle et réactionnaire.

Le Ministre de la Santé de l’époque, Käte Strobel, sera à l'origine de la légalisation de la pilule et permettra l’édition du premier "Altas de l’éducation sexuelle", Sexualkunde-Atlas heraus. Le premier film pédagogique est réalisé en 1967 (Helga). L’éducation sexuelle à l’école sera alors portée par de grandes figures comme Shere Hite (Rapport Hitte) et Alfred Charles Kinsey (Rapport Kinsey).

A l’âge de 12 ans, les élèves de 6ème classe suivent durant une année des cours d’éducation sexuelle (Sexuel Kunde Unterricht), dans lequel ils abordent les thèmes suivants:

  • L’anatomie du corps humain, son fonctionnement et ses évolutions 
  • La vie sexuelle et les relations amoureuses
  • Prévention, Grossesse, Naissance, statut du couple, des parents et des enfants
  • Mesures d’hygiène requises, notamment des parties génitales
  • Prévention des modes de contagion, notamment du sida
  • La place de la sexualité dans la société, les normes et tabous

Les associations pro- et anti-éducation sexuelle s’affrontent depuis des années. De nombreux parents, mais aussi des professeurs défavorables à son enseignement ou à la manière de l’enseigner, luttent pour abolir cette matière ou en soustraire leurs enfants.

En mars dernier, une mère de famille allemande a été condamnée à plus d’un mois de prison ferme pour avoir refusé de faire suivre à ses enfants les cours d’éducation sexuelle d’une école publique locale. 50 autres parents avaient également été condamnés, ce qui avait suscité un certain émoi en Allemagne.

[Ce sont] les parents, et non le gouvernement, qui sont responsables de l’éducation de leurs enfants. Incarcérer des parents pour avoir exercé des droits acceptés universellement est impensable",

avait défendu l’avocat d’une des associations de défense des parents.

Aujourd’hui, l’affaire n’est toujours pas tranchée, plusieurs décisions de justice en Allemagne et devant la Cour Européenne sont encore en cours. Il paraît cependant très improbable que les cours soient retirés.




Pays