Connexion

Syndicate content

Royaume-Uni: une unité spéciale traque les mariages forcés

mercredi, 16 novembre, 2011 - 16:41

Le Royaume-Uni s'est doté d'une unité spéciale pour démasquer les mariages forcés. Et veut à agir à l'échelle du Commonwealth.

Près de 8 000 cas de mariages forcés ont été déclaré au Royaume-Uni en 2008, d'après un rapport gouvernemental publié par le Département en charge de l'enfance, de l'éducation et de la famille. L'écrasante majorité des victimes de ces actes sont des jeunes filles d'origine indienne ou pakistanaise, pour les familles desquelles une relation avec un homme d'une autre culture ou d'une autre religion est encore trop souvent considérées comme déshonorante.

Entre 2005 et 2010, le nombre de cas traités par la Forced Marriage Unit (FMU, Unité des mariages forcés) a été multiplié par plus de 11, passant de 152 à 1735. Cette structure gérée conjointement par les ministères des affaires étrangères et de l'intérieur met en place un service d'aide à destination des citoyens qui seraient forcés à se marier par leur famille, tant sur le territoire britannique que dans le Commonwealth, qui compte de nombreux pays dans lesquels de telles coutumes ont encore cours régulièrement. Les homosexuels hommes et femmes sont également très touchés par ces pratiques, victimes du conservatisme de leur famille.

Une priorité pour les droits des Femmes

Lors du sommet annuel des pays du Commonwealth réunis en octobre dernier en Australie, les responsables politiques ont affirmé leur volonté de mettre fin à des pratiques qui se déroulent à une "échelle choquante", comme l'ont souligné les militants associatifs. Pauvreté et analphabétisme sont souvent à la base de ces pratiques, de même que des traditions qui n'ont plus raison d'être.

Notre décision de nous concentrer sur l'arrêt des mariages précoces et forcés envoie un signal fort aux gouvernements et aux communautés du Commonwealth pour dire que ces pratiques ne peuvent plus être tolérées",

ont déclaré les représentants au terme de la réunion.

Catherine Ashton, Haute Représentante pour les Affaires Etrangères de l'Union Européenne, qui avait soutenu fortement la loi britannique contre les mariages forcés devant la Chambre des Lords en 2007, a remis l'accent sur l'aspect fondamental de l'action contre de telles pratiques en termes de droits de l'Homme pour la communauté internationale. "Il est temps que cela cesse" a-t-elle déclaré.

Faire évoluer les mentalités

Du côté des autorités du Royaume-Uni, la FMU propose une assistance pour les personnes qui seraient victimes de pressions de la part de leur famille ou auraient été contraints de marier contre leur grès en travaillant notamment en partenariat avec les ambassades britanniques et à travers un numéro d'aide d'urgence. Ses membres peuvent également intervenir directement en cas de séquestration par la famille. La FMU effectue elle-même un travail de prévention en diffusant de la documentation à destination des populations concernées mais aussi des professionnels, politiques et travailleurs sociaux.

Le film d'animation "L'histoire de Sara", réalisé dans le cadre d'une série de documentaires commandés par l'ambassade britannique à Islamabad, au Pakistan, a pour but d'éveiller les consciences sur cette violation du droit fondamental à la liberté.


Pays