Connexion

Syndicate content

Les Anonymous soutiennent les Hongrois contre Viktor Orban

lundi, 16 janvier, 2012 - 15:49

Les Anonymous ont publié le 13 janvier une longue vidéo dans laquelle ils apportent leur soutien au peuple hongrois face aux lois liberticides votées par le gouvernement Orban. 

La célèbre communauté des Anonymous, qui sévit sur internet pour défendre la liberté d'expression, a une nouvelle fois frappé. Pas d'attaques internet pour cette opération du groupe d'activistes anonymes, mais la diffusion d'une vidéo dans laquelle ils appellent les Hongrois à s'élever contre un gouvernement qui les a "trahi de façon tragique".

Peuple de Hongrie, vous devez resister et vous défendre contre ce gouvernement qui attaque sauvegement vos droits fondamentaux: votre liberté d'expression, les institutions de votre pays, votre liberté de réunion, votre dignité".

Autant de thèmes sur lesquels le Parlement – dominé par le parti du très conservateur Premier ministre Viktor Orban – a récemment légiféré, suscitant une opposition montante dans le pays et au sein de la communauté internationale

Le porte parole du Premier Ministre, Péter Szijjártó, a réagit le jour même à cette vidéo. Pas besoin de se cacher le visage pour exprimer ses opinions en Hongrie, a-t-il déclaré en substance à l'agence de presse MTI, ajoutant que:

Si malgré cela des personnes préfèrent tout de même l'anonymat, c'est qu'elles ne peuvent avoir que de mauvaises intentions et qu'ellles ont des choses à cacher".

Après avoir envoyé à la Hongrie plusieurs avertissements au sujet de lois jugées contraires au droit européen, la Commission européenne doit annoncer cette semaine si elle entend engager des poursuites contre la Hongrie. Selon l'agence de presse Deutsche Presse-Agentur, Bruxelles devrait lancer des procédures d'infraction sur trois sujets, parmi lesquels l'indépendance de la Banque Centrale. 

Samedi 14 janvier, plusieurs centaines de militants du Jobbik, le parti d'extrème-doirte hongrois, ont protesté devant la représentation de la Commission à Budapest pour demander la sortie de leur pays de l'UE. 




Pays