Connexion

Syndicate content

Les Portugais font la manche pour la retraite de leur Président

jeudi, 26 janvier, 2012 - 11:24

Le Président portugais s’est publiquement plaint de la petite retraite qui lui était promise. Ulcérés par ce témoignage misérabiliste, les Portugais réagissent, entre colère et sarcasme.

Le Portugal ne parle plus que de ça. De ce témoignage éploré d’un fonctionnaire portugais :

J'ai cotisé pendant presque quarante ans une partie de mon salaire pour la caisse nationale des retraites comme professeur universitaire, (…) j'ai aussi cotisé quelques années comme chercheur, (…) il est pratiquement certain que cela ne suffira pas pour payer mes dépenses.

Banal me direz vous. Surtout en temps de crise, a fortiori au Portugal. Oui mais. Ce fonctionnaire est plutôt haut placé: il est Président.

Dans une interview, Aníbal Cavaco Silva, réélu en janvier 2011, se confie à ses concitoyens, pour avouer qu’il aura du mal à boucler ses fins de mois. CQFD: la crise touche tout le monde. "Je vais donc recevoir 1.300 euros par mois. Vous avez bien entendu, 1.300 euros par mois", s’émeut le Président. Et de vanter un train de vie modeste, antidote méritant au marasme ambiant:

Heureusement, pendant mes quarante-huit ans de mariage, moi et ma femme, avons toujours été très économes, et nous avons tout fait pour mettre chaque mois un peu de coté, nous pouvons donc à présent dépenser une partie de mes économies, et c'est pour cela que je ne réclame rien.

Les Portugais n’ont pas aimé. Selon les informations des journalistes locaux, Aníbal Cavaco Silva pourra en fait compter sur une retraite de 12.000 euros mensuels, grâce à des revenus complémentaires de 10.000 euros. Dans un pays où le salaire moyen est de 900 euros par mois, les plaintes du chef de l’Etat font désordre.

Mardi, note Euronews, une centaine de Portugais scandalisés sont descendu dans les rues… pour faire l’aumône et collecter des fonds pour la retraite du Président. Une mobilisation humoristique destinée à dénoncer l’absurdité des propos du fonctionnaire Cavaco Silva.

Sur internet, une pétition réclamant la démission du Président portugais recueillait 20.000 signatures. D’autres ont préféré le singer dans des photomontages, qui circulent désormais sur le web, et reprises par le site Rue89. Aníbal Cavaco Silva y est présenté faisant la manche dans la rue. Ou chantant à sa femme une complainte sur sa faible retraite. Le chant du cygne ?

 Photomontage du Président portugais ("Un type qui traverse des difficultés")
 


Repéré sur Euronews, Rue89 et Voix de la Russie




Pays