Connexion

Syndicate content

Le ravisseur de Natascha Kampusch aurait eu un complice

lundi, 27 février, 2012 - 16:28

Une nouvelle enquête officielle suggère que Wolfgang Priklopil, l'homme qui a kidnappé et séquestré Natascha Kampush pendant 3.096 jours, n'aurait pas agi seul. Son complice pourrait également l'avoir assassiné.

Repéré sur le Spiegel online, The Irish Times et 20minutes [version suisse]

L'unique témoin ayant assisté au rapt de Natascha Kampusch, le 2 mars 1998, a toujours affirmé avoir vu deux complices lors de l'enlèvement de la jeune Autrichienne. Elle avait alors 12 ans et se rendait à l’école à Vienne, lorsque, sous ses yeux, la jeune fille a été embarquée de force dans une camionnette blanche.

Dans le procès-verbal, cité par le quotidien suisse 20 Minutes, elle raconte:

Sur le siège du conducteur, il y avait un homme assis que je ne pouvais pas voir, car il était tourné vers la gauche.

Sa version des faits, qui contredit celle de Natascha Kampusch, n'a jamais changé. Sans pour autant retenir l'attention de la police. Officiellement, le ravisseur, Wolfgang Priklopil, a donc agit seul durant les huit années et demi qu'a duré la captivité de la jeune femme.

De nombreuses lacunes dans l'enquête de la police

Les investigations, menées par le comité parlementaire chargé de faire la lumière sur cette affaire, engendrent de nouveau le doute sur cette théorie du ravisseur solitaire.

De mon point de vue, il est difficile de maintenir la théorie d'un auteur unique (…) Pour la première fois, nous avons tous les documents en main, ainsi que toutes les images et les fichiers audio, y compris le matériel auquel l'ancien comité d'instruction du ministère de l'Intérieur n'a pas eu accès,

explique au Spiegel Werner Hamon, le député du à la tête de ce comité, dont le rapport doit être remis courant mars. Un rapport devrait passer au crible les bourdes ou les omissions de la police autrichienne [dont on peut avoir un aperçu en lisant cet article].

Mais, l'élément central de la démonstration de Hamon repose sur les clichés du cadavre de Priklopil qui – version officielle – se serait jeté sous un train quelques heures après l'évasion de Natascha Kampusch. Selon le député, le corps de Priklopil a été retrouvé la tête arrachée, mais ne présentait les blessures caractéristiques d'un tel suicide. Qui plus est, l'employé de chemin de fer qui a trouvé le corps n'aurait jamais été interrogé, ni aucune autopsie complète réalisée avant quele corps ne soit incinéré.

Une lettre d'adieu suspecte

La lettre d'adieu écrite laissée par Priklopil laisse également les enquêteurs sceptiques. Un seul mot est écrit à la main. Qui pourrait bien être celle de Ernst Holzapfel, un ami proche du ravisseur, qui est aussi le dernier à l'avoir vu vivant, dans le parking d'un centre commercial de Vienne.

Ernst Holzapfel a bien reconnu avoir rencontré Priklopil à plusieurs reprises durant les années de captivité de Natascha Kampush, mais nie avoir eu connaissance des faits. Il a d'ailleurs été blanchi par les enquêteurs, en 2010, de toute implication dans cette affaire.

Repéré sur le Spiegel online, The Irish Times et 20minutes [version suisse]


Pays