Connexion

Syndicate content

‘Terra Nova’, une expédition virtuelle en milieu hostile

mardi, 13 mars, 2012 - 15:36

Vous allez être répartis en groupe. Suivez les instructions. N’enlevez pas vos casques. Destination: Terra Nova. Un bouleversant voyage dans les eaux troubles de nos consciences.

Exploration cérébrale, la performance immersive Terra Nova plonge le spectateur dans un univers virtuel troublant. Caméras omnidirectionnelles, lunettes vidéo, senseurs, écouteurs audio et son surround: l’expérience est sensorielle et psychique. Aux manettes de cette expédition synesthésique, Éric Joris et Stef De Paepe, inventeurs complices du collectif belge Crew.

Notre but est de vous emmener à la conquête de votre Terre Neuve intérieure…"

confient-ils. Le voyage dresse un parallèle éloquent avec la quête du Pôle Sud par Robert Falcon Scott en 1911. L’aventure, autant géographique que mentale, connut un destin dramatique qui la propulsa au rang de mythe: le commandant anglais fut devancé d’un mois par le Norvégien Roald Amundsen, et toute son équipe périt.


Lors de la performance du 8 mars, le public de la Gaîté Lyrique
emporté dans un voyage des sens (© Antoine Prevost)

Point de départ de l’immersion, ce récit peu rieur, adapté d’un texte de Peter Verhelst, laisse bientôt place à des univers imaginaires non moins sombres. Répartis en groupe (A, B, C, D …) de manière aléatoire, le public se retrouve tantôt cobaye otage d’un laboratoire à l’ambiance carcérale, tantôt victime d’obscurs mafiosos aux méthodes définitives.

Brouiller les pistes

Tout est fait, durant les deux heures que dure la performance, pour isoler les spectateurs de leurs repères habituels. L’expérience n’est appréhendée que par le biais de médiums numériques (lunettes vidéo, écouteurs…) dont chacun a été cérémonieusement et minutieusement équipé. Le dispositif répond à un objectif : rompre avec la perception directe de la réalité, et brouiller ainsi les pistes entre le virtuel et le sensible. Analyse des deux concepteurs:

Du point de vue du spectateur, il y a une réelle crise d’identité"

Qu’est-ce que le soi ? Qu’est-ce que la réalité appréhendée par nos sens, si elle peut être si facilement manipulée ? Les deux artistes, dont la démarche se situe à la frontière des arts du spectacle vivant et des nouvelles technologies, travaillent en collaboration régulière avec des scientifiques. Pour Terra Nova, ils ont enrichi leur approche de l’expertise du théoricien de théâtre Kurt Vanhoutte (Université d’Anvers), de l’ingénieur Philippe Bekaert (EDM, Expertise Centre for Digital Media, Université Hasselt), ou encore de philosophes et neuro-scientifiques spécialistes de la notion de conscience.

La prothèse est une image intéressante pour appréhender la notion de médium numérique: quand elle fonctionne parfaitement, il est difficile de la distinguer du corps, du réel. Dans Terra Nova, nous jouons sur cette ambigüité: qu’est-ce qui est fabriqué, qu’est-ce qui est naturel? L’interactivité, si elle est réussie, vise à impliquer le spectateur dans la performance, et à favoriser l’oubli de l’artifice".

C’est donc au travers de sons, d’images et de sensations tactiles perçus par le public, davantage que par les mots, que la narration se construit. Difficile de ne pas faire le lien avec le phénomène eighties des livres dont vous êtes le héros, qui trouve aujourd’hui son corolaire dans l’univers vidéo.

Un rêve d’enfant devenu réalité

Doté d’une vision virtuelle à 360°, libre de choisir son champ de vision selon ses mouvements et ses déplacements, chacun devient protagoniste de sa propre expérience, et participe également de celle de ses voisins. A la fois expérience collective et individuelle, le principal intérêt de Terra Nova repose, en effet, sur ce double rôle du spectateur, tour à tour observant et observé.

Pourtant, si l’aspect ludique est garanti, le parallèle avec l’univers de Scott, pour pertinent qu’il soit, peine à trouver une réelle consistance. La quête du Pôle Nord, aventure extrême, désespérée, obsessionnelle jusqu’à l’irrationnel, offrait pourtant une matière dense pour accompagner l’immersion dans les eaux troubles de nos consciences. Reste une expérience généreuse et atypique. Un rêve d’enfant devenu réalité.

[VIDEO] Terra Nova, une expédition cérébrale:
TERRA NOVA
from Antoine Prevost on Vimeo.


Terra Nova
Eric Joris et Stef De Paepe, metteurs en scène / Peter Verhelst, auteur / Jorre Vandenbussche, acteur

  • Du 8 au 11 mars, Gaité Lyrique, Paris (France)
     
  • 18, 19 et 20 mai, Dutch Electronic ARt Festival, V2 / Rotterdamse Schouwburg, Rotterdam (Pays-Bas)
     
  • 30, 31 mai, 1er et 2 juin, Kunstencentrum Vooruit, Ghent (Belgique)
     
  • 29, 30 Juin et 1er juillet, Eurokaz Festival, Zagreb (Croatie)
     
  • 09, 10, 11 et 12 août, Theater op de Markt, Hasselt (Belgique)
     
  • 29 août, Contemporanea Colline Festival / Museo Pecci, Prato (Italie)



Pays