Connexion

Syndicate content

Des appartements discount contre la pénurie de logements étudiants

vendredi, 23 mars, 2012 - 10:49

Les grandes barres d’immeubles du style communiste ne sont pas forcément les plus belles pièces architecturales de Berlin. Pourtant deux investisseurs ont décidé de les préserver. Ils y construisent une denrée rare dans cette ville: des studios pour étudiants. A prix cassé.

Quand on regarde l’immense colosse de béton au numéro 216 de la Frankfurter Allee, à Berlin, on a tendance à se dire qu’il est bon pour la démolition. Neuf étages grisâtres qui s’étendent sur 450 mètres de long. "C’est l’ancien siège de la Deutsche Bahn [la SNCF allemade]. Il est abandonné depuis des années. Et notre première idée était en effet de le détruite pour construire des grands magasins à la place", assure Rolf Scheidgen. Il gère à Berlin les projets de la société d’immobilier GPU, dirigée par Lutz Lakomski et Arndt Ulrich dans l’ouest du pays.

Finalement, la barre survivra. Et 486 appartements y sont en construction. Qu’est-ce qui les a fait changer d’avis ? Un soudain amour pour l’architecture communiste ?

Non la décision n’était pas motivée par une volonté de conserver d’anciens bâtiments. C’est l’observation du marché qui nous a poussés à changer nos plans. Tous les jours dans les médias nous pouvions voir des reportages sur les étudiants qui arrivaient à Berlin et qui n’arrivaient pas à se loger, ou encore sur personnes à faibles revenus qui devaient quitter leurs appartements après une hausse des loyers…

Berlin manquera bientôt de logements

Il est vrai que la pénurie de logements guette sérieusement Berlin. Alors qu’elle a attiré 18.000 nouveaux habitants en 2010, seuls 4.000 nouveaux appartements ont été construits cette année là. Et le gouvernement de Berlin est bien conscient de ce manque. La coalition de sociaux-démocrates et de conservateurs élue en septembre dernier s’est d’ailleurs donnée pour objectif l’édification de 6.000 logements par an.

Alors certes, Lakomski et Ulrich sont loin d’être les seuls à investir dans la pierre à Berlin. Mais la plupart des nouveaux appartements construits donnent plus dans le luxe que dans le bon marché.

Du coup, les étudiants ne trouvent pas à se loger ! Pourtant nous avons 48 universités et grandes écoles à Berlin. Cela fait un total de plus de 140.000 étudiants. Or les résidences étudiantes ne proposent que onze ou douze milles places.

Le créneau de la GPU est donc clair: construire des appartements à loyers modérés, idéaux pour les étudiants et les faibles revenus. Du "logement discount", comme le décrit le quotidien Frankfurter Allgemeine Zeitung.

Moins de 10 euros du mètre carré, charges comprises

Les 486 appartements de la Frankfurter Allee feront ainsi entre 25 et 35 mètres carrés pour un loyer de 300 à 350 euros par mois. "Notre but est de ne pas dépasser les dix euros charges comprises par mètre carré". Un prix raisonnable, quand on sait que la moyenne dans la capitale est de dix euros sans compter l’eau et le chauffage. Et pour garder les prix bas, rien de tel que de réhabiliter d’anciens bâtiments.

Les murs ainsi que les cages d’escaliers sont déjà là. Refaire l’intérieur est un grand travail, mais cela revient moins cher que de tout refaire depuis le début.

Des appartements qui partent comme des petits pains

Et les investisseurs n’en sont pas à leur coup d’essai. A Berlin, ils ont déjà rénové une usine de sucre pour en faire de grands lofts. Un ancien grand magasin, abandonné pendant 17 ans, a aussi bénéficié d’une remise à neuf. Outre des commerces au rez-de chaussée, 85 appartements y ont été construits. "Ils ont tous été loués très vite", assure Scheidgen. Une expérience qui le rend très optimiste pour la grande barre de la Frankfurter Allee.

La première moitié des appartements sera terminée cet automne. Nous allons commencer à chercher des locataires dès avril et je suis sûr que les 250 logements trouveront preneurs.

L’entreprise GPU ne compte donc pas s’arrêter en si bon chemin. Elle a déjà racheté deux immeubles de bureaux, toujours dans le quartier de Lichtenberg, à l'est de la ville, et espère y construire 280 studios. Les autorisations de travaux n’ont pas encore été données, mais Rolf Scheidgen est très confiant.

La mairie de quartier soutient entièrement nos projets. Ils sont ravis que nous attirions des étudiants ici !




Pays