Connexion

Syndicate content

Le parcours du combattant des homosexuels turcs

lundi, 26 mars, 2012 - 13:55

En Turquie, l’homosexualité est une cause d’exemption du service militaire obligatoire. Mais, prouver son homosexualité aux autorités militaires, pour qui c'est une maladie, est une épreuve dégradante.
Repéré sur la BBC

Dans l’armée turque, les gays ne sont pas les bienvenus. Pour obtenir un "certificat rose", attestation officielle de dispense du service militaire pour cause d’homosexualité, les recrues doivent traverser des étapes humiliantes. L’armée turque exige des preuves afin de s’assurer que le candidat à l’exemption ne ment pas!

"Ils m’ont dit que je ne ressemblais pas à un gay normal"

Quand Ahmet, 20 ans, a déclaré son homosexualité lors d’un examen médical à l’occasion de son appel, les officiers de l’armée ont eu du mal à le croire.

J’avais une barbe de trois jours et je fais plutôt viril, ils m’ont dit que je ne ressemblais pas à un gay normal,

a-t-il déclaré à la BBC.

Comment prouver à des militaires turcs qu’il est bel et bien gay? Les officiers lui ont demandé de leur montrer une photo de lui en habits de femme. Ahmet a refusé, et leur a proposé à la place de fournir une photo de lui embrassant un autre homme, ce qu’ils ont accepté sans être pour autant vraiment convaincus.

La Turquie n’a pas de lois spécifiques contre les homosexuels, mais les hôpitaux militaires considèrent encore l’homosexualité comme une maladie. Sur le "certificat rose" de Gokhan, on peut lire: "trouble psychosexuel". C’est en fournissant une photo explicite, prise lors d'un rapport sexuel avec un autre homme, qu’il a pu convaincre les officiers recruteurs.

Le "certificat rose", cadeau ou fardeau ?

Selon un psychiatre qui a travaillé dans un hôpital militaire, les médecins sont soumis à une pression immense pour diagnostiquer l’homosexualité. Pourtant, aucun outil n’existe pour établir l’orientation sexuelle. "Médicalement, c’est impossible, et ce n’est pas éthique du tout", affirme l’analyste.

En Turquie, certains hommes considèrent que les homosexuels ont de la chance de pouvoir ainsi échapper au service obligatoire. Néanmoins, l’obtention du "certificat rose" peut être la première étape dans un parcours miné par diverses formes de discrimination.

Il n’est pas rare, par exemple, que des patrons turcs interrogent les demandeurs d’emploi sur leur service militaire. L’exemption peut alors signifier la perte d’un poste potentiel. En se renseignant directement auprès de l’armée, un employeur de Gokhan a appris comment il s'était fait dispenser. Suite à cette découverte, l’ancien conscrit a subi des commentaires insultants de la part ses collègues.

Humiliation ou dissimulation

Reste la possibilité de faire son service militaire en cachant son orientation sexuelle. Selon Armagan Kuloglu, un général turc à la retraite, la pratique est assez courante. Mais pour Ahmet, c’est hors de question.

Je suis contre le système militaire. Si je dois accomplir un devoir vis-à-vis de ce pays, je devrais pouvoir opter pour un choix non-militaire.

L’armée a reporté d’un an sa décision sur le cas du jeune homme. Ce dernier reste convaincu que ce délai est dû à son refus de se déguiser en femme.


Repéré sur la BBC: Proving you're gay to the Turkish army




Pays