Connexion

Syndicate content

Quand les profs se mettent à tricher

lundi, 2 avril, 2012 - 14:18

En Grande-Bretagne, dans un système éducatif marqué par des impératifs de compétitivité et de réputation, certains enseignants sont prêts à tout pour maintenir de bons taux de réussite scolaire.
Repéré sur la BBC

Au Royaume-Uni, même les profs trichent ! Une récente enquête d’un syndicat enseignant britannique révèle qu’un tiers des 517 instituteurs du public interrogés ont admis que la pression qu’ils ressentaient pourrait compromettre leur intégrité professionnelle.

Falsification de résultats, réécriture de devoirs : ils vont de plus en plus loin pour améliorer les statistiques de l’école et ainsi lui éviter de chuter dans les classements.

La peur des inspections

Un professeur de français d’un collège d’Irlande du Nord a confié à la BBC qu’il lui arrivait de récrire le travail de ses élèves. Une institutrice anglaise a, elle aussi avoué tricher en augmentant les notes de certains de ses élèves pour que les taux de progression de son école restent en hausse.

Notre directeur a peur de voir arriver des inspecteurs de l’Ofsted (équivalent de l'Inspection d'Académie en France, ndlr) si jamais nos résultats faiblissent",

a-t-elle précisé.

L’Ofsted publie régulièrement des rapports sur la qualité de l’enseignement dans les écoles inspectées. Les établissements dont les standards sont jugés insuffisants lors des inspections peuvent être soumis à des mesures spéciales, comme par exemple le remplacement de la direction.

Une question de réputation

La pression des statistiques peut également nuire à l’enseignement prodigué. Un enseignant d’un collège anglais trouve que son école va beaucoup trop loin :

Pour la direction, il est clair que de maintenir le statut de l’établissement sur les tableaux de performance prend le pas sur le véritable développement des compétences des élèves",

Les écoles semblent prêtes à tout pour rester en haut des classements de performance académique, dont les parents d’élèves se servent pour choisir l’établissement dans lequel ils inscriront leurs enfants.

Selon un porte-parole du Ministère de l’Education rien ne peut justifier la tricherie des professeurs:

Les parents seraient complètement scandalisés d’apprendre que des professeurs ont falsifié des notes. C’est une pratique qui sape la crédibilité du corps enseignant, qui nuit à l’éducation des enfants et qui risque de détruire la confiance du public en cette profession".

Le stress des exams

Les professeurs interrogés ont aussi attaqué la fréquence des examens. Neuf enseignants sur dix ont déclaré que les contrôles étaient les principales sources de pression pour les élèves et que cette pression leur était néfaste.

Selon Mary Bousted, directrice du syndicat enseignant qui a conduit l’enquête, les enfants britanniques sont parmi ceux qui sont soumis au plus grand nombre d’évaluations académiques au monde. Elle critique la culture de l’examen, jugeant que celle-ci affecte aussi les professeurs.

Avec la focalisation persistante du gouvernement sur les évaluations, les notes et les tableaux de classement des écoles, beaucoup de professeurs aussi se sentent sous pression, souvent au détriment d’un enseignement de qualité".

Quand la réputation des établissements scolaires passe avant le développement des élèves, c’est peut-être l’Education Nationale qui mérite des heures de colle.


Repéré sur la BBC: Exam pressure "undermining teacher's integrity'
 




Mots clés
, , , , , , ,
Pays