Connexion

Syndicate content

En Belgique, un parti encourage la délation d’immigrés illégaux

mardi, 10 avril, 2012 - 13:37

Le parti nationaliste flamand Vlaams Belang a lancé aujourd'hui un site internet sur lequel les citoyens belges peuvent dénoncer les personnes en situation d'irrégularité. Une remise au goût du jour de la délation qui rappelle les pratiques du nazisme pour le Centre pour l'égalité des chances. 

Vous connaissez un immigré en situation d'irrégularité sur le territoire belge ? Abus de sécurité sociale, travail au noir ou criminalité … N'hésitez plus, dénoncez le sur le site mis en ligne ce 10 avril par le Vlamms Belang ! 

Les nationalistes flamands, qui plaident pour l'indépendance de leur région du reste du royaume de Belgique, encouragent depuis ce matin leurs concitoyens à aider les autorités à débusquer les sans-papiers qui profiteraient d'avantages sociaux grâce à un formulaire de délation simplifié. En quelques clics sur le site Meldpunt Illegaliteit (Hotline Illégalité), votre dénonciation est enregistrée et transmise par la suite à la police pour qu'elle puisse agir. 

L'illégalité est tolérée et même encouragée dans notre pays: procédures de régularisation individuelles et collectives, toutes sortes de facilités sociales, accompagnement et assistance juridique … Bref, les immigrants illégaux sont choyés et gâtés. Il n'existe pas de détection active des étrangers en situation irrégulière. Les immigrants illégaux ne sont que trop rarement dirigés vers des centres fermés. Très peu de clandestins sont effectivement rapatriés vers leur pays d'origine. Le Vlaams Belang plaide pour une politique de l'immigration ferme et juste", 

écrit Filip Dewinter, député flamand et figure de proue du Vlamms Belang à Anvers, pour justifier de la mise en place du site. 

Retour à des "pratiques nazies"

Comme aux Pays-Bas, où une initiative comparable avait été lancée il y a quelques mois par le chef du Parti de la Liberté Geert Wilders (PVV, extrème-droite), les réactions ne se sont pas faites attendre. 

Ce point de signalement est parfaitement illégal, M. Dewinter le sait bien. Il veut choquer et provoquer",

a déclaré sur les ondes de Radio 1 Jozef De Witte, directeur du Centre pour l'égalité des chances et la lutte contre le racisme qui œuvre pour la promotion de l’égalité et la lutte contre la discrimination en Belgique. 

M. de Witte a ajouté que cette initiative rappelait les pires heures du nazisme, la comparant également aux pratiques utilisées par la Stasi en Allemagne de l'Est. 

Provoquer et choquer

La hotline de dénonciation des immigrés d'Europe centrale et orientale qui avait mise en place par Geert Wilders, un habitué de la provocation politique, avait créé un véritable tollé sans que le Premier ministre néerlandais, Mark Rutte, ne juge bon de la condamner. Mal à l'aise, il avait préféré déclarer que ce site était celui d'un parti et non du gouvernement, le PVV n'appartenant pas à la coalition au pouvoir – mais lui assurant la majorité grâce à son soutien à la chambre basse. 

L'Union européenne, par la voix de Viviane Reding, Commissaire européen aux droits fondamentaux, avait condamné fermement ce site et appelé les citoyens néerlandais à dénoncer cette intolérance. Cette fois encore, la Commission européenne a indiqué qu'elle condamnait "ce type de sites internet qui ne correspondent pas aux valeurs que [nous] défendons".

Sylvie Guillaume, députée européenne du Sud-est de la France (PS), s'est insurgée contre une "nouvelles initiative ouvertement xénophobe"

Nous ne pouvons pas laisser se multiplier et se banaliser ce type de démarches. L’extrême droite, partout en Europe, n’a plus aucun complexe, et non contente d’accuser les étrangers de tous les maux, veut organiser un système de délation parfaitement inique au sein de la société européenne. Il ne peut être toléré en aucune manière que la haine de l’autre soit érigée comme réponse politique. Les citoyens européens méritent mieux que cela". 

Sylvie Guillaume a saisi ses collègues du groupe Socialistes et Démocrates pour qu’une réaction ferme et rapide soit prise par le Parlement européen. En attendant, le site est en ligne et permet au Vlaams Belang de se faire un joli coup de com' à moindres frais … 




Pays