Connexion

Syndicate content

La présidentielle dans la boite à spam

jeudi, 19 avril, 2012 - 14:15

Plus de six électeurs français de l’étranger sur dix ont vu leurs boites mails submergées par les messages des candidats. Contre-productif.

La campagne électorale de 2012 aura vu une nouvelle forme de communication politique apparaitre. Suite à une modification du code électoral, les partis peuvent exploiter gratuitement les adresses e-mail des Français expatriés inscrits sur les listes consulaires.

À gauche comme à droite, l’envoi d’e-mail et de vidéos de campagne est monnaie courante. Les 650.000 inscrits sur les listes électorales consulaires ayant fourni leurs email aux ambassades ont reçu ces derniers mois des dizaines de mails.

Une pratique que Nicolas Pricen, en charge de la campagne web de Nicolas Sarkozy, a qualifié sur Le Mouv de "devoir d’information". Mais, qui a eu le don d’énerver de nombreux expatriés. A tel point que la Commission informatique et liberté a annoncé que "de nombreux Français installés à l’étranger saisissent la CNIL de plaintes concernant la réception de messages électroniques de prospection politique".

"La France forte" n'oublie pas l'Australie

Véronique Pellerin, résidente à Lisbonne, est l'une des rares expatriées interrogée par Myeurop à défendre l'intérêt de ces messages intempestifs.

Je trouve très bien de pouvoir être informée, nous ne sommes pas rivés tous les jours devant TV5."

Côté PS, on explique ne pas avoir abusé du système:

Nous n'en avons pas envoyé beaucoup par rapport à l’UMP. Seulement huit pour le moment,

assure l'équipe la sénatrice PS Claudine Lepage, en charge de l’envoi.

Les expatriés reçoivent, par contre, plusieurs mails de l'UMP par semaine estampillés "La France forte", constate Céline, installée en Australie.

Au Front de Gauche, la responsable de la campagne pour les Français de l'étranger, Rachel Garrido, explique:

On ne voulait pas spammer quand on a vu le choc provoqué par les mails de Sarkozy et Le Pen. Nous sommes en train d’envoyer une seule lettre en ce moment".

A Lisbonne, Marine Le Pen ne fait pas recette

La plupart des personnes interrogées ont une réaction plutôt épidermique par rapport à ces mails électoraux à répétition.

C’est envahissant. Ouvrir la boîte électronique un dimanche soir et découvrir un 'Marine Le Pen' en entête m’hérisse profondément. En tout, je ne reçois pas plus d’un mail par jour, à peine, mais cela m’irrite. […] Je regrette d’avoir donné mon adresse courriel au consulat,

reconnait Pascal Bertrand, professeur d’histoire géographie au Lycée français de Lisbonne.

Cette technique permet aux partis politiques de toucher une population qui d'ordinaire n'est pas solicitée pour la présidentielle. Eric 36 ans, expatrié à Londres nuance cependant l'impact de ces e-mails:

Ils ne servent donc pas à grand-chose si ce n'est à énerver les gens vu le nombre de saletés que l'on reçoit chaque jour dans sa boîte. D'ailleurs, les e-mails de Nicolas Sarkozy ont tous été considérés comme des spams et si je n'avais pas été faire un tour dans la poubelle, je ne les aurai jamais vu…

"Je voterai par défaut pour celui qui ne m'aura pas spammé !", s’amuse Astrid, Londonienne depuis deux ans. Son choix devrait donc se porter vers Philippe Poutou ou Jacques Cheminade, seuls candidats à ne pas l'avoir "harcelée".

Le consulat a donné les adresses mails

"Vous avez souhaité vous désinscrire de la lettre d'information. Si nous regrettons sincèrement votre choix, sachez que nous le respecterons scrupuleusement. A compter de maintenant, vous ne recevrez plus aucun email de la part de l'UMP ou du candidat."  Désinscription oui, mais en Catalogne aussi, bien rares sont ceux qui ont demandé à recevoir ces mails de ralliement :

J'ai beaucoup d'amis qui ont reçu ce genre de mails car c'est le Consulat de France qui a facilité leur mail… Ce qui est tout simplement scandaleux,

témoigne Philippe, un jeune Français résidant de longue date à Barcelone.

Responsable de communication d'une fondation espagnole, il regrette que les débats d’idées ne circulent pas aussi vite que les courriels appelant à voter Hollande ou Sarkozy: "Ma vision des élections depuis ici ? Elle semble être comme à retardement… On sent qu'il y a de la tension et qu'elle va finir par éclater, mais on ne sait pas quand exactement. Certainement après le premier tour!".

A Rome, Pauline et Marc n’ont pas été inondés de courriels électoraux. Ni de l’UMP ni du Parti Socialiste. Tous deux ont reçu les communications officielles leur indiquant les modalités de vote et c’est tout. "C’est peut-être parce que je ne suis pas inscrite à un de ces deux partis", confie Pauline.

Caroline, en revanche, fait partie des personnes ciblées par les messages électoraux. Après s’être inscrite au parti socialiste il y a trois ans, elle s’est mise, dit-elle, "en sommeil""Au départ, j’ouvrais les messages. Certains venaient de France et dressaient un bilan de la situation au fil du déroulement de la campagne électorale. D’autres m’invitaient à participer à des réunions à l’occasion de la visite d’un représentant des deux principaux candidats en lice".

Cette pratique des spams électoraux devrait se poursuivre jusqu'à l'élection des dix députés de l’étranger, en juin prochain. Mais on peut douter de son succès, car, comme l’ont fait remarquer quelques-uns de nos concitoyens, elle incite plutôt à un réflexe d’autoprotection.




Pays