Connexion

Syndicate content

Pour BT, la diversité c’est du « bon sens commercial »

lundi, 30 avril, 2012 - 18:02

Pour Dennis Gissing, directeur des pratiques vis-à-vis des employés chez l’opérateur de télécommunication britannique BT, la diversité c'est "une question de bon sens commercial" pour avoir "avoir des employés qui ressemblent aux clients". Entretien.

Existe-t-il au Royaume-Uni une législation qui promeut la diversité au travail ?

Oui, la loi sur l’égalité a été adoptée en 2010. Elle a remplacé les précédentes et surtout combine la loi sur les relations raciales de 1976 et la loi sur la discrimination des handicapés de 1995. Avoir une seule loi permet de s’assurer de la constance de son application et oblige tout le monde à traiter ses employés de manière juste, quel que soit leur âge, leur ethnie, leur sexe, leur sexualité, leur régime matrimonial, leur religion, etc.

En tant qu’entreprise privée, qu’en pensez-vous ?

Nous n’avons pas le choix : nous devons respecter la loi lors de l’embauche de nos salariés. Mais pour nous, c’est aussi une question de bon sens commercial. Nos 90.000 employés dans le monde apportent des services à tous types de clients : jeunes, vieux, hommes, femmes, de toutes origines. Avoir des employés qui leur ressemblent nous permet de mieux les comprendre, de mieux connaître leurs attentes. Ensuite, si nous décidions de n’embaucher que des hommes, nous nous couperions de 50% de la main-d’œuvre et donc de pleins de personnes talentueuses.

Pratiquez-vous la discrimination positive ?

Cette pratique est légale selon la loi mais nous trouvons étrange de choisir entre deux ou trois postulants une personne parce que sa "catégorie" est sous-représentée. A la place, nous préférons nous concentrer sur un travail en amont : nous regardons les secteurs où une certaine catégorie est faiblement représentée et cherchons à inverser la tendance à court et moyen terme.

Concrètement, qu’en est-il ?

Par exemple, il existe une sous-représentation des femmes dans l’ingénierie, un métier plutôt perçu comme masculin. Nous cherchons donc à pousser des filles à devenir ingénieur en nous rendant dans les écoles où nous présentons les facettes intéressantes de ce métier et de la technologie. Vous savez, la diversité se travaille en amont.

Ensuite, nous précisons à d’autres qu'une base technique, même minimale, peut suffire pour travailler chez nous puisqu’elles seront ainsi formées. Il faut juste, dans un premier temps, qu’elles puissent parler à un client. Et cela ne les empêchera pas de fonder une famille et d’avoir un enfant si elles le veulent puisque nous autorisons les horaires flexibles, le télé-travail et proposons des gardes d’enfants.


Pays