Connexion

Syndicate content

Chef de l’Etat: lourde fonction en France, job discret ailleurs

lundi, 7 mai, 2012 - 10:28

A la différence de François Hollande, les chefs d’Etats européens ne disposent que d’un pouvoir politique réduit. Mais leur rôle n’est pas purement symbolique et ils pèsent souvent sur le cours des régimes parlementaires, notamment en cas de crise. 
 

Chronique sur RFI: Les types de présidence by Myeurop

On connait l'étendue des pouvoirs du président français. Mais on aurait tort d'attribuer sa puissance au fait qu'il est élu au suffrage universel direct. Car, on ne le sait pas assez, onze chefs d’Etat sur les 27 pays membres de l'Union européenne sont également élus directement par le peuple. Outre, la France, c’est le cas en Finlande, Irlande, Portugal, Autriche, Pologne, Roumanie, Bulgarie, Lituanie, Slovénie et à Chypre. A tous ces présidents, le suffrage universel confère une légitimité populaire.

Ce qui ne veut pas dire qu'ils disposent de pouvoirs équivalents à l'hôte de l'Elysée. Ce dernier est, en particulier, le seul à pouvoir dissoudre l’assemblée nationale après une simple consultation du premier ministre. C’est un pouvoir propre qui n’a aucun équivalent ailleurs. Ou du moins qui n'en a plus puisque, jusqu’en 2000, le président de la Finlande pouvait lui aussi dissoudre le Parlement.

La Finlande a inspiré la France

Ce pouvoir est passé désormais dans les mains du premier ministre. Mais le chef de l’Etat finlandais continue de partager avec son premier ministre le pouvoir exécutif, il a un droit de veto sur les lois et joue un rôle non négligeable en matière de politique étrangère. On dit d’ailleurs qu’en 1958, la constitution finlandaise a inspiré la rédaction de la constitution de la 5ème république.

D'autres présidents européens ont des pouvoirs effectifs. Mis à part le cas très particulier de Chypre qui vit en régime présidentiel et où il n’y a pas de premier ministre, certains présidents peuvent eux aussi dissoudre l’assemblée. Au Portugal, le président doit, avant d'y procéder, consulter le Conseil d’Etat et les partis politiques. En Irlande, il peut le faire sur le conseil du premier ministre mais, notons-le, il peut refuser cette dissolution. En Autriche, le président est théoriquement libre de nommer qui il veut premier ministre. En pratique, il le fait, comme en France, en fonction de la composition du Parlement. En Roumanie, le président nomme le premier ministre après consultation du parti majoritaire.

Pouvoir d'influence

Dans les autres pays où il est directement élu, le président a toujours un pouvoir d’influence sur la politique étrangère et, en cas de crise grave, il a un rôle de conciliateur et de facilitateur. C’est d’ailleurs souvent le cas dans les autres pays de régime purement parlementaire ou le président est élu par les chambres.

Et notamment en Italie où le président a le choix d’une solution constitutionnelle en cas de chute du gouvernement. Ou bien il décide d’élections anticipées, ou bien il cherche à constituer une nouvelle majorité au Parlement. En Allemagne, le président peut dissoudre le Bundestag si ce dernier ne parvient pas à élire un chancelier.

Même les rois ont un rôle

Enfin, six pays européens sont des monarchies héréditaires où le chef de l'Etat est le roi ou la reine. Bien sûr, en Angleterre, en Espagne, aux Pays-Bas, en Belgique, au Danemark ou en Suède, le monarque est avant tout un symbole et se cantonne dans un rôle de pure représentation. Mais là encore, en cas de crise, il peut jouer une partie décisive.

Qui ne se souvient de l’action de Juan Carlos lors de la tentative de coup d’Etat au début des années 80 en Espagne ? En Belgique – c’est déjà arrivé, le roi peut refuser de promulguer une loi. Quant au souverain de Grande-Bretagne, il peut “encourager” ou “mettre en garde”. Il joue aussi un rôle en cas de majorité très courte à la Chambre des Communes. Mais sa magistrature est avant tout morale. Et parfois, quand il parle, le peuple vibre, comme on l’a vu avec Georges VI pendant la guerre.

Le contre exemple russe

Hors de l'Union mais en Europe, il y a un Etat où le Président a non seulement autant, mais même plus de pouvoir qu'en France: c'est la Russie. En effet, le président russe entérine formellement la nomination des ministres et il peut les démettre, ainsi que le premier ministre. En outre, il dirige directement les ministères "sensibles" de la défense, de l'intérieur et des affaires étrangères et il définit les grandes orientations de la politique intérieure et extérieure. En France, c'est ce que fait également le président français mais, notons-le, ce n'est pas inscrit dans la constitution.

Pour terminer, Vladimir Poutine dispose également du droit de dissolution, il peut légiférer par décrets et même opposer son véto aux lois votées par le Parlement. Bref, c'est une hyper-présidence et, à la différence de la France, elle est inscrite dans la constitution. 




Pays