Connexion

Syndicate content

Salaires des ministres: la France emboite le pas de ses partenaires

vendredi, 18 mai, 2012 - 14:56

Dès son premier conseil des ministres, le nouveau gouvernement français est passé de la promesse électorale à l'acte: la rémunération du chef de l'Etat et des ministres a été réduite de 30%. La France suit, tardivement, l'exemple de ses voisins européens. Seule Angela Merkel augmente son salaire.

Chronique sur RFI - Le salaire des ministres by Myeurop 

L'heure est à la rigueur salariale pour les gouvernements en Europe, à l'exception notable de l'Allemagne. Mesure symbolique, certes, pour les Etats surendettés, mais qui a valeur d'exemple. La promesse de campagne de François Hollande de réduire de 30% sa rémunération et celles de ses ministres, a ainsi été adoptée dès le premier Conseil des ministres.

Les émoluments du Président de la République et du chef du gouvernement Jean-Marc Ayrault, passent ainsi de 19.331 à 14.850 euros par mois. Quant aux ministres, leurs rémunérations et autres avantages, diminuent de 14.200 à 9.850 euros par mois. Leurs salaires seront désormais de 7 720 euros, avec une indemnité logement de 230 euros et une indemnité "de fonction" de 1 900 euros.

En ces temps d’austérité budgétaire, la plupart des gouvernements européens s'étaient déjà mis à la diète salariale en réduisant les traitements de leurs ministres et, pour certains, de leurs fonctionnaires.

Nicolas Sarkozy avait, certes, hier promis une réduction du "train de vie" de l'Etat, mais elle ne s'appliquait pas à son salaire et à ceux de ses ministres. Il y a quelques mois, il s'était contenté de demander aux ministres de payer leurs frais privés "sur leurs deniers personnels" en affirmant que des "sanctions" seraient prises en cas d'abus. Par ailleurs, 10 000 véhicules et 7 000 logements de fonction devaient être supprimés.

En 2010, alors qu'il tenait pourtant les cordons de la bourse de l'Etat, en tant que ministre du Budget, François Baroin jugeait "démagogique" une baisse des salaires des ministres "qui ne rapporteraient pas grand-chose". La même année, le porte-parole du gouvernement, Luc Chatel, refusait, quant à lui, cette diminution des rémunérations gouvernementales, au nom du principe d’égalité (!): la mesure impliquerait "de baisser aussi le salaire des hauts fonctionnaires et donc de tous les fonctionnaires" !

Ailleurs en Europe, c'est pourtant au nom de ce même principe d'égalité que les ministres et les fonctionnaires ont réduit leurs salaires…

En Angleterre, 1000 euros de moins qu'Hollande pour Cameron

Au Royaume-Uni, David Cameron et ses ministres ont réduit leurs salaires de 5%. Comme en France, cette auto-réduction salariale a été adoptée dès la première réunion du gouvernement de coalition libérale-conservatrice, il y a deux ans, presque jour pour jour, le 13 mai 2010. Le premier ministre perçoit depuis, 13.900 euros, soit 1000 euros de moins que François Hollande et Jean-Marc Ayrault. Quant aux ministres, ils n'ont plus de véhicules de fonction attitrés : ils doivent se servir dans le lot des voitures attribuées à leurs ministères. Ces mesures ont permis d’économiser près de 4 millions d’euros par an. Les plus chères bouteilles de vin des ministères ont, par ailleurs, été vendues aux enchères.

En Italie, Monti n'est pas payé

En Italie, l'austère Mario Monti, a renoncé à son salaire de président du Conseil et de ministre de l'Economie. Son prédécesseur, Silvio Berlusconi était payé 24.000 euros par mois. Mario Monti, n'est cependant pas sans ressources: il lui reste son salaire de sénateur à vie, soit près de 17.500 euros bruts. Quant aux ministres, leur salaire a été réduit de 10%.

Par ailleurs, le train de vie de l'Etat été revu à la baisse. Mario Monti voyage désormais en train alors que Silvio Berlusconi prenait systématiquement l'avion. Les ministres, ont, quant à eux, troqué les grosses berlines allemandes flambant neuves par de plus modestes, et plus économiques, Lancia.

Parallèlement, les traitements des hauts fonctionnaires et des dirigeants des entreprises publiques ont été amputés de 10 à 15%, frais compris. Pour l’ensemble de la fonction publique, les salaires sont gelés pendant trois ans.

En Espagne, moins de 6000 euros pour un ministre

En Espagne, les salaires des membres du gouvernement socialiste de José Luis Zapatero ont été réduits de 15% en juin 2010, comme ceux de tous les fonctionnaires. Depuis ils sont gelés. L'actuel chef du gouvernement, le conservateur Mariano Rajoy, perçoit une rémunération de seulement 6.500 euros. Celle d'un ministre est de 5 750 euros. Quant aux députés et sénateurs, ils ont décidé d'eux-mêmes de baisser leur traitement de 12 à 15%, comme les maires des grandes villes.

Au Portugal, voyages en classe éco

Au Portugal, c’est l’ensemble de la classe politique qui voit ses salaires diminuer de 5 % : membres des gouvernements nationaux et régionaux, députés, élus locaux (sans compter les dirigeants des 600 entreprises publiques ou semi publiques). Le parlement a décidé d’aller encore plus loin : Les députés voyagent désormais en classe économique sur les lignes régulières. Six millions d’euros par an sont ainsi économisés.

L’Irlande a diminué de 15% le salaire des membres du gouvernement. En Grèce, le premier ministre et le Président de la République ont tiré un trait sur leur salaire…

Mais l’austérité salariale des gouvernements n'est pas à l'ordre du jour partout. Pour les pays scandinaves, relativement épargnés la crise, la question d'une réduction des salaires des gouvernants ne se pose même pas. Les salaires des responsables politiques à la tête de ces pays, n'ont jamais défrayé la chronique et les gouvernements restent modestes, sans grands avantages spécifiques liés à leurs fonctions.

En Allemagne, augmentation générale !

Reste l'exception allemande. Angela Merkel et ses ministres viennent de s'accorder une hausse de salaires de 5,7%.

Le salaire mensuel de la Chancelière augmente ainsi de 930 euros, pour atteindre 18.000 euros bruts. Pour les ministres, c'est 750 euros de plus par mois, soit, désormais, une rémunération de 14.000 euros. De quoi faire des jaloux.




Mots clés
, , , , , , , , ,
Pays